« Ces salauds qui nous gouvernent »

Cette phrase, vous l’avez forcément entendue récemment, vous l’avez peut-être même énoncée ou pensée très fort. Depuis quelques mois, les mots de la politique, ceux dont Michel Foucault dit joliment qu’ils « font violence aux choses », ces mots s’affichent avec beaucoup d’assurance et un certain entrain sur le terrain de l’insulte personnalisée et de l’anti-politique primaire. La nouveauté ne vient pas du procédé (qui est ancien, presque consubstantiel à la démocratie représentative) mais du profil de ses locuteurs et de la charge affective qui s’y exprime. En famille, avec les amis mais aussi dans les réunions et au cœur de la nuit, une part croissante des gens de gauche dénigre et insulte avec conviction les membres du gouvernement. La charge a le charme de l’évidence et le ton est enjoué (quoique toujours indigné) : non seulement « on sait » pourquoi le monde ne tourne pas rond (la liste des fautifs est vite dressée) mais en plus « on connaît » les complices au pouvoir, tous ces traitres qui ont vendu leur âme au diable. Mais vendu pour quoi au juste?

Lire la suite