Croyances et passions politiques…

Capture d’écran 2013-11-20 à 17.05.47

Pour résoudre les énigmes, le chercheur progresse à tâtons et par à coups. Les communications dans les colloques permettent de tester et de confronter des hypothèses, tout comme les débats dans des conférences avec les acteurs et institutions que nous observons. Il y a aussi le temps des articles de revue et des chapitres d’ouvrages pour marquer des étapes ou clore certains chantiers au sein de notre communauté scientifique. Mais il y a aussi tous les « rapports de recherche », ces documents intermédiaires au statut flou qui sont pourtant, dans notre cœur de métier, un moment décisif. Y figurent en effet à la fois beaucoup de données recueillies sur le terrain et quelques hypothèses inédites pour les interpréter en sortant des sentiers battues et des connaissances stabilisées. Les deux rapports ci-après sont dans cet entredeux hybride: le premier co-écrit avec mon collègue politiste Emmanuel Négrier sur les croyances politiques territoriales, le second sur la vie politique locale italienne telle que je l’ai découverte et décortiquée pendant 12 mois en 2008-2009 dans la métropole de Naples.

Faure A., Négrier E., septembre 2013, « Croyances politiques et territoires« , Grenoble-Montpellier, Rapport de recherche Pacte CEPEL, 26 p.

Faure A., juin 2013, « La démocratie s’est-elle arrêtée à Napoli ? La politique locale, ses émotions, ses récits et ses passions« , Grenoble, Rapport de recherche Pacte, Université de Grenoble, 25 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *