Réforme territoriale: les associations en première ligne?

Capture d’écran 2014-11-20 à 11.19.50

(Vidéo de la conférence en cliquant sur la photo)

« Nouveaux Territoires? Nouvelles Compétences? Nouvelles ambitions? Les associations bougent! ».

Le mouvement associatif de Midi-Pyrénées a initié une belle journée de débat ce jeudi 6 novembre 2014 en questionnant frontalement et collectivement les possibles changements induits par la Réforme Territoriale en cours d’examen. Constatons d’abord que sur le plan médiatique local, c’est la fusion des régions Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon qui occupe les esprits à Toulouse, suscitant toutes sortes d’hypothèses sur le sens de ce mariage un peu forcé. Les responsables de la journée m’ont invité à décrire les attentes et les espoirs dans ce contexte flottant et je dois vous avouer que la tentation était grande d’ouvrir le propos par un réquisitoire à charge concernant la façon cavalière dont cette nouvelle étape de régionalisation-métropolisation a été conçue par le Gouvernement. Pour être dans la mode universitaire du moment, c’est la posture de l’expert atterré qui conviendrait le mieux pour engager ce diagnostic tant le script de la loi semble à la fois bâclé dans ses attendus, peu cohérent dans son assemblage et hasardeux dans son dénouement. Officiellement, ce sont principalement des considérations techniques et financières assez prosaïques qui ont motivé l’empressement et le volontarisme du législateur : réduire les dépenses du mammouth bureaucratique et simplifier le millefeuille administratif (cf. la vidéo proposée par le Mouvement Associatif Midi Pyrénées). En seconde lecture, on peut facilement imaginer d’autres raisons moins avouables relevant de la mathématique et de la stratégie électorales. Mais il ne faut pas mésestimer, aussi, l’hypothèse formulée par Martin Malvy en fin de matinée selon laquelle nous serions au commencement d’une transition certes « douce » dans l’immédiat mais radicale et assez innovante à plus long terme. 

C’est dans cette trame indéterminée que je souhaite engager la discussion, en adoptant la focale du chercheur non pas atterré mais intrigué par la réforme (au sens d’une intrigue théâtrale faites de ressorts mouvementés et imprévisibles, hasardeux et presque tragiques). La diminution du nombre des régions, la suppression des départements urbains, la création des villes-métropoles et la marche forcée des communes rurales vers des intercommunalités de grande taille constituent quatre tableaux qui, mis bout à bout, sont susceptibles de bousculer en profondeur deux siècles de sentiers administratifs et de grands récits républicains sur « l ‘égalité des territoires ». Ce saut dans l’inconnu est d’autant plus impressionnant qu’il se profile sans filet de sécurité et dans un état d’esprit ouvertement girondin. Loin de la prophétie républicaine nostalgique d’une fracture française opposant les métropoles hégémoniques à un monde rural abandonné, la réforme dessine plutôt un scénario caractérisé par l’imbrication-interdépendance inextricable des espaces qui composent chacune des grandes régions. Le législateur confirme clairement que l’Etat et la commune ne sont plus les échelons privilégiés de la décision publique mais il accorde dorénavant une importance sans précédent à la réconciliation entre territoires et aux articulations qu’il faudra inventer à tous les échelons : entre les intercommunalités rurales, entre les départements ruraux et les métropoles, au sein des métropoles et au cœur des enjeux de gouvernance européenne.

Une défiance généralisée

Les incertitudes (et les inquiétudes) proviennent de la simultanéité de ces quatre emboitements territoriaux expérimentaux. L’alchimie parait explosive parce que personne, ni les concepteurs des réformes ni les futurs responsables des collectivités en voie de création, n’est en mesure d’en imaginer le dénouement en termes de dynamique démocratique. Plus précisément, chacun pressent que ce dénouement ne sera pas le même d’une région à l’autre (une démocratie différentielle, c’est à dire impactée par chaque histoire locale) et que la culture du compromis deviendra la norme (une action publique plus réflexive). Phénomène plus étonnant encore : alors que le législateur s’était surtout concentré sur des enjeux de restriction budgétaire et de rationalisation administrative, la réforme provoque les tensions les plus vives sur des débats de société, sur la façon de penser la proximité et d’impliquer les citoyens dans la conduite des politiques publiques. La réforme, qui se voulait principalement logistique, suscite donc des questions existentielles de cohésion et d’identité!

Ce renversement des problématiques est symptomatique d’une époque où la défiance dans le politique s’accroit et se complexifie. On en trouve trace dans les nombreux mouvements de résistance apparus sur la scène internationale depuis quelques années. On pense bien sûr à Tian’Anmen en Chine et aux révoltes en cascade du printemps arabe. On pense aussi aux revendications récentes, particulièrement intenses, sur les besoins conjugués de liberté, de proximité et d’autonomie qui se sont exprimées lors des manifestations à Hong Kong, en Ecosse ou en Catalogne. Dans l’actualité française, le mouvement breton des Bonnets Rouges a donné le ton l’an passé. Le dénouement tragique, il y a quelques jours, d’une manifestation contre le projet de barrage à Sivens dans le Tarn constitue aussi un indicateur saisissant de cette période de crise, de résistance et d’incompréhension. A chaque fois, c’est la dégradation du lien social qui est en débat, comme si les mobilisations sociales locales cristallisaient, dans l’enthousiasme et dans le désarroi entremêlés, un sentiment d’indignation collective concentré sur la déficience des autorités publiques dans la conduite des affaires collectives.

Si l’on revient à la réforme territoriale, les réactions illustrent assurément un mouvement anxiogène d’abord centré sur la perte de repères essentiels : les maires ruraux craignent que leur commune perde son âme, les habitants perdent confiance en leurs élus et dans le système politique, les conseillers généraux perdent pied avec des découpages cantonaux obsolètes, les « professionnels » perdent leur latin avec des priorités d’action publique « sectorielles » (par champ d’activité) qui ne font plus consensus, les leaders politiques redoutent de perdre la face dans les futures joutes entremêlant les enjeux ruraux, périurbains et urbains… Bref, la perspective d’un changement d’aire (avec l’intercommunalité et les grandes régions) se double d’un changement d’ère (avec la mondialisation et la mobilité généralisée des individus) sans que personne ne parvienne visiblement à énoncer des perspectives communes et un dessein partagé.

Le cœur de métier du monde associatif

Dans ce contexte mouvant et déprimé, quels sont le rôle et la place des associations? De façon très instructive, les débats de Toulouse ont permis de pointer une sorte d’indifférence sur la question des crispations communales et identitaires. Les responsables associatifs ne semblent pas sur une position de repli dans ce domaine, sans doute parce qu’ils racontent le dynamisme et la diversité du mouvement sur des défis plus sociétaux que catégoriels ou corporatistes, plus sensibles que comptables, plus réticulaires que frontaliers… Au fil des témoignages, on s’aperçoit que ce sont d’abord les réseaux et les chaines d’individus qui produisent du sens, nous rappelant opportunément que le cœur de métier des associations concerne la volonté de défendre des causes transversales et de tisser du lien social. Après plusieurs décennies de spécialisation et de professionnalisation (sur des critères volontiers tournés vers le management et la performance), on assiste peut-être à un élan comparable à celui des mouvements d’éducation populaire dans les années 50 : concevoir d’abord les associations comme des lieux d’incubation d’une citoyenneté inventive et toujours en construction. Point intéressant à souligner : cette forme de retour aux sources sur les valeurs fondatrices semble plutôt en phase avec les nouveaux périmètres suggérés par la réforme territoriale. Les intercommunalités, les villes métropoles et les grandes régions correspondent mieux à l’entrelacs des identités collectives (rurales, urbaines, catégorielles) et à la mobilité des trajectoires individuelles (au fil des étapes de la vie). Il s’agit d’autant d’indices sur les singularités du dynamisme associatif, sa transversalité et son interterritorialité par rapport aux institutions publiques.

Pour esquisser une note prospective optimiste en guise de conclusion (un dénouement possible à notre intrigue de départ), je pointerai volontiers trois pistes d’action sur lesquelles les associations pourraient impacter positivement la réforme territoriale, c’est à dire lui donner un supplément d’âme et des gages de modernité politique.

La première concerne incontestablement le sentiment retrouvé de la confiance dans l’action collective. Les associations demeurent un terrain d’apprentissage privilégié, à la fois accessible, concret, collégial, ouvert et tolérant, terrain qui permet de penser les problèmes de façon collective. Dans une période où les partis et les syndicats traversent une crise de légitimité sans précédent, on peut imaginer que les associations cristallisent les indignations citoyennes et favorisent l’animation d’arènes de débats moins prisonnières de replis catégoriels, d’œillères idéologiques et de réflexes nostalgiques.

La deuxième piste concerne le chantier de réconciliation entre les individus à l’échelle des grandes régions urbaines. Les associations sont les « corps intermédiaires » les mieux placées pour démontrer, en pratique, la complémentarité des attentes et des défis en matière de solidarité, de développement et d’environnement. La transformation urbaine de la société est un processus inexorable, la question n’est pas d’en réfuter la réalité mais d’imaginer les termes d’une métropolisation heureuse pour les générations futures en ayant conscience que les destins individuels sont étroitement liés, de l’hyper urbain à l’hyper rural en passant par tous les degrés de spatialité habitée.

La troisième piste concerne précisément les récits sur le lien social. Il y a souvent, dans l’engagement associatif, une charge émotive particulière, un sentiment vif de faire acte de citoyenneté sur un mode à la fois passionné, volontariste et désintéressé. Les associations de Midi Pyrénées communiquent cette effervescence avec la formule « Les associations bougent! » mais sans doute argumentent-elles insuffisamment le pourquoi de ce dynamisme. La réforme territoriale, nous l’avons vu plus haut, pose des questions existentielles sur notre façon de tenir ensemble à l’heure où les modèles national et européen se révèlent insuffisants, incomplets, impuissants même à bien des égards. La piste fédéraliste d’un bien commun qui serait défini de façon plus subsidiaire, plus bottom up aussi, reste taboue en France. Gageons que les associations, dans leur diversité et dans leur hétérogénéité, s’engagent à faire bouger les lignes en racontant à leur façon les perspectives prometteuses de ce lien social réinventé à l’échelle tant métropolitaine que régionale.

Alain Faure – Chercheur CNRS à PACTE, Institut d’Etudes Politiques, Université Grenoble Alpes

(Cette note fait suite à la rencontre « Nouveaux Territoires? Nouvelles Compétences? Nouvelles ambitions? Les associations bougent! » qui a rassemblé une centaine de participants à l’espace associatif Anadyr de Toulouse le 6 novembre 2014).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *