« Questions pour un champion » de passage à Grenoble…

Capture d’écran 2015-08-18 à 18.43.56L’Institut d’Études Politiques de Grenoble a pris l’initiative d’une expérience originale en programmant le « premier grand oral d’Éric Piolle » le 21 avril prochain afin que le Maire de la ville de Grenoble soit évalué sur les politiques municipales que son équipe a mises en place depuis un an. Ca se passe au théâtre, dix enseignants et chercheurs ont été sélectionnés, chacun devra poser une question (en 4 minutes maximum), le maire y répondra en 6 minutes puis la salle votera en brandissant au choix un carton vert ou rouge. On notera en passant sur l’affiche que l’entrée est« libre et gratuite », ce qui constitue sans doute un signal encourageant en matière de politiques culturelles. Comme je ne pourrai malheureusement pas assister au spectacle (ni adresser une question écrite car le scénario ne le permet pas), je me permets de prendre brièvement la plume ici pour poser deux questions. Mon implication depuis vingt ans en tant que chercheur en science politique dans de nombreuses instances évaluatives expérimentales m’a appris que tout travail d’évaluation des politiques publiques se situait nécessairement dans le temps long et avec une méthodologie robuste, aux antipodes des sun lights performatifs, des shows personnalisés, des joutes oratoires unilatérales et des effets de manche médiatiques. Mais puisque l’initiative est lancée, au bénéfice du doute et en hommage à Guy Debord, jouons le jeu ! Je me demande s’il n’y a pas un contresens, et peut-être une régression en termes démocratiques, à affirmer sans cesse, sur tous les tons et tous les sujets, que la décision publique ne se conçoit et ne se valide que dans la « parole des citoyens ». La démocratie s’alimente de mouvements d’idées et de courants de pensée qui racontent une société plus juste mais la parole des individus qui se mobilisent publiquement constitue-t-elle l’alpha et l’omega de l’intelligence collective ? C’est la rhétorique affichée depuis un an à Grenoble comme un dogme, comme une évidence et comme une vertu. Pour le politiste, l’idée ne va pas de soi et elle pose même des problèmes de fond pour le pilotage des politiques publiques, notamment sur les deux registres fondateurs du vivre ensemble et de la res publica que sont la solidarité et la citoyenneté.

La solidarité d’abord: les maires s’adressent prioritairement à ceux qui dorment et votent sur leur territoire (la fameuse démocratie du sommeil décrite par le sociologue Jean Viard). Parallèlement, des études récentes en sciences sociales montrent sans équivoque que dans les villes tout particulièrement, ceux qui prennent la parole avec assurance et énergie dans les arènes locales constituent un segment très précis et limité de la population en termes sociologique et culturel. Comment dans ces conditions prendre l’opinion de la large catégorie des « citoyens » que sont les sans voix, les exclus, les marginaux, les étrangers, les chômeurs, les déclassés, bref les « dominés », tous ceux pour qui la « liberté » (de travailler, se loger, se divertir, se cultiver) est singulièrement entravée au quotidien ? Quid de l’avis des milliers d’individus mobiles et fragiles de la grande région urbaine qui vivent intensément la ville centre mais à partir de préoccupations fort éloignées des récits enchantés sur les « éco-quartiers-durables-basse consommation-sans immeubles de plus de trois étages » ? La question est finalement assez simple : la rhétorique civico-urbaine et écolo-libertaire, assurément joyeuse et impertinente, est-elle en phase avec les problèmes sociétaux que les élus doivent affronter actuellement en termes de fragmentation, de déclassement, d’injustices et de souffrances sociales?

D’où une seconde question liée, concernant le périmètre de la citoyenneté. Tous les espaces en voie de métropolisation sont confrontés au défi de ce qui « fait tenir ensemble » une communauté d’individus aussi contrastée et inégalitaire. S’il y a consensus sur l’idée que la politique consiste à « faire cité », le politiste a du mal à imaginer sérieusement une réorientation des politiques publiques qui serait impulsée au filtre triomphant et imparable des revendications issues des dispositifs participatifs. Les défis de cohésion sociale se déclinent sur un mode fort complexe et ils sont posés à une échelle très large même s’ils s’alimentent de conflits, de rapports de force et de contradictions énoncés dans l’hyper proximité. À cet égard, les récentes élections départementales montrent toute l’urgence qu’il y a dorénavant en Isère à reconstruire un pacte social expérimentant des articulations audacieuses entre tous les territoires et avec toutes les catégories d’individus, de Roybon à Villeneuve, du Vercors à l’Ile Verte, de l’Esplanade à Jarrie. La société hyper mobile et compétitive contemporaine demande, sur le plan politique, de la vision, de la hauteur et des choix volontaristes qui précisément bousculent la démocratie pulsionnelle des mille et un nombrils localisés. Ma seconde question est donc plutôt politique : Dans une tradition militante de gauche nourrie par la question sociale, la construction d’un destin partagé sur les transports, le logement, l’éducation, la sécurité, la culture ou la santé passe-t-elle par la sacralisation de « collectifs citoyens » micro-territoriaux ou plutôt par la refondation de corps intermédiaires a minima régionaux ?

L’équipe municipale revendique avec vigueur et à longueur d’interviews l’écriture d’une nouvelle page dans l’expérimentale attitude made in Grenoble. Mais la présente formule des dix « questions pour un champion » conforte à mon sens l’illusion dangereuse d’un Maire omnipuissant, seul à répondre de politiques publiques qui en réalité sont conçues et mises en œuvre loin des sun lights et des mots d’ordre simplistes. À l’heure où les élans devraient être métropolitains et délibératifs, amis citoyens, soyons vigilants, le débat sur la forme (comment faire participer les Grenoblois) ne doit pas occulter les questions de fond sur la démocratie sociale et la cohésion territoriale.

The show must go on… Bons « débats » en vert et rouge!

Alain Faure (Grenoble, le 18 avril 2015)


2 réflexions au sujet de « « Questions pour un champion » de passage à Grenoble… »

  1. Pitiot

    deux actualités qui se heurtent et qui méritent effectivement questions:
    interpeller un novateur en politique locale ne semble t il pas facile quand on sait qu’il n’y a pas beaucoup d’autres solutions que le tâtonnement expérimental, alors que dans l’autre situation (le csa), la décision va être lourde de conséquences: http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/04/21/france-televisions-le-regne-de-l-opacite_4619660_3232.html

    si c’est pour engendrer une gréve longue qui ne prendre en otage que les téléspectateurs, alors que les décisions ne relèvent que d’un organisme « indépendant » ou du donneur d’ordre (l’Etat), les syndicats n’ont fait preuve de grande imagination dans la récente grève de Radio France !

    Répondre
  2. JMB

    L’ironie et le mordant de ce billet sont justifiés. Malheureusement, vos deux questions formulées en gras et en sabir universitaire le desservent un peu.

    Il aurait été plus simple d’écrire, pour la première, qu’aucune rhétorique, comme vous dites, fut-elle citoyenniste en diable, ne viendra jamais à bout de « la fragmentation, du déclassement, des injustices et de souffrances sociales ».

    Pour la seconde, si je vous ai bien lu, prenons un exemple précis, pour la clarté.

    Les « conseils citoyens indépendants », soigneusement isolés et d’aucun pouvoir (la droite ne s’y est pas trompée) mis en place par la municipalité Piolle ne sont certes pas la marque d’une grande avancée démocratique, fut-elle « expérimentale », mais d’un repli frileux, pour ne pas dire d’une reddition pure et simple eût-égard aux espoirs que ses plus chauds partisans pouvaient plaçer en elle, mais surtout à l’ampleur des problèmes sociaux (pourquoi sociétaux ?) décrits à juste titre dans votre première question.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *