Le tabou intercommunal…

Capture d’écran 2015-08-18 à 12.11.03

L’ouvrage dirigé par Nicolas Kada sur « Les tabous de la décentralisation » vient de sortir.

Chaptre 3: Intercommunalités et métropoles : le tournant politique indicible.

Les coopérations intercommunales made in France connaissent depuis deux décennies un essor considérable, et cette dynamique génère une multitude de controverses concernant d’une part l’efficacité et la légitimité des gouvernements intercommunaux en formation et d’autre part l’impact des changements d’échelles sur la décision publique. Dans ce chapitre, nous souhaitons défendre pour hypothèse que cette période de transition, si elle est surtout commentée autour des fortes incertitudes qui pèsent sur l’autonomie et le devenir des communes, illustre de façon plus profonde un défi et un tabou. Le défi à relever est d’ordre sémantique, il concerne la difficulté de présenter de façon simple et didactique des priorités d’action publique dont l’essentiel des attendus rompt avec deux siècles de raisonnements adossés à un centre de gravité municipal. Ce défi, qui a des parentés évidentes avec celui que l’Union européenne doit relever à l’entrecroisement des régions, des intérêts nationaux et de la mondialisation, bute sur un tabou politique assez redoutable : tous les acteurs concernés doivent admettre que cet intérêt communautaire est d’essence métropolitaine et fédéraliste, c’est à dire défini dans l’interdépendance entre les multiples espaces qui composent chaque grande région urbaine. Le propos est conclu par l’évocation d’un tabou suprême, la voie fédéraliste, piste qui n’est en effet jamais évoquée explicitement alors que les intercommunalités en expérimentent en permanence les ingrédients interterritoriaux et intergouvernementaux.


Une réflexion au sujet de « Le tabou intercommunal… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *