1er tour des Régionales: la décentralisation conservatoire, pulsionnelle, en mouvement?

Capture d'écran 2015-12-08 11.18.42En première lecture, le choc du premier tour des élections régionales est assez rude. Alors que la reconnaissance de ce nouvel échelon territorial, comme celui de l’Europe il y a quelques années, suggérait un potentiel renouveau de la politique grâce à une meilleure représentation de la diversité de la société, c’est une expression tranchée de rejet de cette diversité qui semble apparaitre comme le principal résultat des urnes. La proportionnelle aurait pu mettre en scène, comme c’est déjà arrivé par le passé, une multitude de nouveaux acteurs, de nouvelles aspirations, des perspectives expérimentales, des promesses constructives. Elle a certes récompensé des néophytes du pouvoir (injustement absents des assemblées départementales et nationales en raison du scrutin majoritaire à deux tours) mais elle a surtout renvoyé l’image, en jeu de miroir et sans maquillage, d’une France dont le tiers des votants ont d’abord exprimé de la colère, de la peur et du repli sur soi. On raisonne un peu vite au niveau national (l’obsession des présidentielles) alors qu’il faut prendre ces votes au ras du terrain, dans toute la complexité d’une action publique qui est en panne de solutions et donc de résultats, y compris au cœur des collectivités locales. À cet égard, gardons-nous des explications simplistes ou idéologiques : le nœud de la crise ne concerne pas l’incompétence ou l’aveuglement des pouvoirs publics (qu’ils soient locaux ou nationaux) mais bien l’extrême difficulté, à tous les échelons de notre mécano politico-administratif, à formuler des réponses susceptibles de dissiper la peur et la colère ressentis par les électeurs frontistes. Cette forme d’impuissance est inscrite dans le mode même d’organisation des politiques publiques à la française, ce qui nous oblige à identifier les verrous qui génèrent cette situation de blocage. Il nous semble que l’équation se pose sur trois registres : un conservatisme dans les politiques publiques qui est devenu structurel, la montée de l’individualisme amplifiée dans les dispositifs de proximité, les inquiétudes existentielles générées par la mondialisation. 

La décentralisation est d’abord conservatoire. En vingt ans de montée en puissance, on voit bien que la « territorialisation » des politiques publiques a certes conféré des responsabilités importantes aux villes, aux intercommunalités, aux départements et aux régions, mais contrairement aux systèmes fédéralistes, ces transferts n’ont pour l’instant pas véritablement bousculé les priorités nationales, se contentant de les freiner ou de les réinterpréter à la marge. Les décisions publiques restent formatées et cadenassées sous l’emprise de solides sentiers de dépendance (partisans, catégoriels, syndicaux). Autrement dit, la panne d’élan réformateur national (sur l’éducation, les transports, l’exclusion, l’emploi…) n’a pas encore été compensée par des réorientations structurantes aux échelons infra-territoriaux. Les réformes, de ce fait, n’avancent au mieux que de façon incrémentale, presque souterraine, et elles sont mises en œuvre par les collectivités locales avec prudence et souvent même méfiance. Cette attitude défensive colore la décentralisation sur un mode conservatoire, celui d’une France arcboutée sur ses acquis et ses traditions. Et le refus de tout changement et de toute ouverture, c’est précisément la marque de fabrique du programme du Front national.

La décentralisation est en même temps pulsionnelle. Elle accompagne depuis vingt ans un essor sans précédent de dispositifs de proximité visant à solliciter l’avis des habitants dans tous les domaines et sur un mode client-usager consumériste. Le principe des consultations est aussi adopté sur les projets innovants (avec un taux de validation quasi nul), sur les transferts de compétences (avec une crispation systématique sur les acquis) et en survalorisant la commune de résidence (la fameuse démocratie du sommeil : je vote là où je dors). Souvent cosmétiques et captés par des catégories précises d’habitants, les dispositifs participatifs sont devenus l’alpha et l’oméga de la démocratie locale, au point de faire oublier l’activité politique de délibération aux échelons territoriaux supérieurs et en diabolisant de facto les projets de rééquilibrage entre portions de territoires ou entre catégories d’acteurs. Le mirage participatif est une thérapie à court terme que chaque niveau de collectivité locale théâtralise volontiers sur l’idée que l’intérêt général, c’est la parole désinhibée des habitants, et tout particulièrement de ceux qui sont en colère « contre le système ». Ce schéma pour le moins ambigu est une porte d’entrée pour les électeurs frontistes qui revendiquent une démocratie très directe.

Mais la décentralisation est aussi en mouvement. C’est sans doute le résultat le plus paradoxal des élections régionales : la répartition des forces électorales en trois camps de même taille mais avec des revendications très différentes dévoile une France socialement, politiquement et territorialement contrastée. La politique retrouve ici son rôle indispensable de mise en scène des conflits, de régulation des tensions et surtout de débat sur le bien commun. Les responsabilités conférées par la Réforme Territoriale aux grandes collectivités locales donnent à ces dernières l’occasion d’éprouver leur maturité sur des enjeux presque existentiels, que ce soit en matière de nature, de mobilité ou de solidarité. La décentralisation fait alors office de soupape de décompression, les grandes régions devenant un centre de gravité névralgique pour débattre ensemble sur des politiques précises. Il est par exemple urgent de tordre le coup à l’idée simpliste et caricaturale selon laquelle les espaces en cours de métropolisation sont dangereux pour la cohésion sociale et que les mobilités en présence font le jeu du libéralisme le plus sauvage.

Soyons positif dans la tourmente: c’est peut-être ça la leçon inattendue à approfondir du premier tour des élections régionales. Les résultats nous obligent à ouvrir de façon beaucoup plus concrète un débat politique sur les brassages et les hybridations de la société française. Les grandes régions en formation, dans toutes leurs contradictions et tensions, deviennent des lieux indispensables pour imaginer des politiques qui réconcilient les Français avec leur diversité.

Grenoble, le 7 décembre 2015

Alain Faure, directeur de recherche au CNRS en science politique – Université de Grenoble Alpes


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *