Les promesses politiques des campagnes métropolitaines…

Capture d'écran 2016-03-18 08.12.49Contribution à la recherche « Les ménages opérateurs d’une métropolisation qui ne dit pas son nom ? » pilotée par l’Agence d’Urbanisme de l’Agglomération de Tours (financement PUCA CGET).

Les grandes régions urbaines ont un problème de mise en récit de leurs politiques publiques en matière de décentralisation et d’aménagement du territoire. Aucun médiateur ne parvient à trouver les mots pour cristalliser et incarner l’imaginaire de cet espace collectif en formation et tout se passe comme si le débat entre l’intérêt général et les intérêts particuliers était condamné à n’être posé qu’aux échelons extrêmes de la commune ou de l’État et de l’Europe. C’est sur ce blocage et cette énigme (la panne des mots du pouvoir pour raconter un nouvel ordre des choses imbriquant l’urbain et le rural) que l’Agence d’Urbanisme de l’Agglomération de Tours m’a invité à accompagner la recherche Ville ordinaire et métropolisation. La présente contribution discute des résultats sur les transformations vécues par les habitants de la région urbaine tourangelle en décryptant la place des émotions politiques, à haute densité et à basse intensité, qui qualifient le bien être métropolitain en construction.

 – lire la note d’étonnement –


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *