« Ces salauds qui nous gouvernent »

Cette phrase, vous l’avez forcément entendue récemment, vous l’avez peut-être même énoncée ou pensée très fort. Depuis quelques mois, les mots de la politique, ceux dont Michel Foucault dit joliment qu’ils « font violence aux choses », ces mots s’affichent avec beaucoup d’assurance et un certain entrain sur le terrain de l’insulte personnalisée et de l’anti-politique primaire. La nouveauté ne vient pas du procédé (qui est ancien, presque consubstantiel à la démocratie représentative) mais du profil de ses locuteurs et de la charge affective qui s’y exprime. En famille, avec les amis mais aussi dans les réunions et au cœur de la nuit, une part croissante des gens de gauche dénigre et insulte avec conviction les membres du gouvernement. La charge a le charme de l’évidence et le ton est enjoué (quoique toujours indigné) : non seulement « on sait » pourquoi le monde ne tourne pas rond (la liste des fautifs est vite dressée) mais en plus « on connaît » les complices au pouvoir, tous ces traitres qui ont vendu leur âme au diable. Mais vendu pour quoi au juste?

Pour le « gout du pouvoir » bien sûr (tout le monde acquiesce), parce qu’ils sont « libéraux » (« ultra libéraux mêmes! » »), parce qu’ils sont « surement » corrompus, par conservatisme et incompétence aussi (là, le ton est un peu moins assuré, on rajoute « néo cons » pour détendre l’atmosphère), par manque de courage (un ange passe), parce qu’ils sont trop loin du quotidien des gens qui souffrent (« oui, c’est ça, ils sont dans leur bulle! »).

Que nous raconte ce florilège d’idées simplistes? Il faut questionner sans répit la façon sensible dont les mots et les motifs du pouvoir s’enlacent et s’entrechoquent. Roland Barthes en son temps avait défendu l’idée, dans la période agitée des grandes dénonciations idéologiques internationales, que la liberté en politique était d’abord l’affaire d’une esthétique du langage. Il soutenait alors que pour que la démocratie reste vivante, il fallait accepter de formuler en mille nuances le désir des résistances vitales et de l’harmonie souhaitable. Dans cette perspective, les cris du cœur de Nuit debout constituent un acte de langage paradoxal. Les protestations s’expriment certes sur le mode passionné des désirs du quotidien mais ils s’embarrassent peu de nuances et ils mettent systématiquement au bucher ceux qui occupent des responsabilités publiques. Le politiste Christian Le Bart a repéré un mouvement comparable à l’étude des dernières campagnes électorales. Il note la progression inédite d’une individualisation du champ politique entrainant une montée des ego-politiques : en panne d’idéologie et de solutions simples, les candidats ont tendance à s’autocentrer sur leur ressenti et leur trajectoire, plaçant la confession, la compassion et la colère spontanée comme principaux arguments de communication politique (2013, Armand Colin).

Dans les débats fiévreux de Nuit debout, la convergence des luttes n’entraine pas seulement un aplatissement de la complexité du monde. Elle entretient aussi une forme de poujadisme de gauche. « C’est la faute aux salauds qui nous gouvernent ». L’énormité du propos devient un brevet de bravoure, presque un théorème, alors que ces « salauds », si l’on prend un minimum de recul, ce sont des individus démocrates et assez respectables dans leur engagement politique. Ils ont des milliers d’heures de militantisme au compteur. Ils consacrent la plus grande part de leur vie à la résolution de problèmes qui ne les concernent pas personnellement. Ils sont en permanence plongés dans les arènes de la négociation collective. Ils passent l’essentiel de ce qui devrait être leurs moments de détente (les soirées et les weekends) dans des réunions, des inaugurations ou le nez dans des dossiers. Enfin ils assument des choix stratégiques de gestion sur un mode qu’ils jugent pragmatiste (celui de la gauche réformatrice européenne) en cherchant de façon tâtonnante à dynamiser et à moderniser les politiques publiques.

« C’est la faute aux salauds qui nous gouvernent ». Il faut entendre, dans ce défoulement primal, les indices inquiétants d’une démocratie pulsionnelle en déficit de maturité. Fut-elle joyeuse, cette outrance verbale made in France contre ceux qui assument des responsabilités collectives à gauche joue aussi contre une certaine idée du débat public. La démocratie est vivante de ses passions et de ses micro-désirs, mais aussi de la qualité des mots qui racontent l’harmonie à inventer ensemble.

Alain Faure (9 mai 2016)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *