Des hommes et des lieux…

Communication sur les croyances politiques et la politique locale, proposée en co-signature avec Emmanuel Négrier dans le cadre du prochain congrès de l’association française de science politique (Strasbourg 31 août-2 septembre 2011)

Des hommes et des lieux. Croyances politiques et politique locale

Introduction

La communication vise à mettre en perspective des données sociopolitiques tirées de deux enquêtes récentes consacrées à la perception qu’ont les individus de la politique. Les terrains portent sur des systèmes de représentation a priori très différents, avec d’un côté une étude microsociologique auprès des 400 habitants d’un village français (Octon, région Languedoc-Roussillon) et de l’autre des interviews sur l’histoire de vie d’une cinquantaine d’élites politiques dans une métropole italienne (Naples, région Campanie). Notre analyse n’entre donc pas dans les canons classiques de l’analyse comparative, qu’elle s’élabore sur la base d’une grande quantité de variables dont la collecte s’opère selon la même méthode, ou qu’elle fonctionne sur la base d’études primaires ou secondaires de données liées à un petit nombre de cas (Ragin 1996, Landman 2000, Négrier 2005). La combinaison à laquelle nous nous livrons prend au sérieux la variable dont nous entendons tester la prégnance dans l’analyse politique locale. La croyance, pensons-nous, n’est pas de ces indicateurs faciles à mettre en équation. Nous pourrions dire qu’elle participe des sciences humaines, au sens plein du terme, dans leur rapport au lieu du politique. Dès lors, c’est le dialogue entre deux terrains, assumés comme totalement hétérogènes, et non des unités et protocoles rigoureusement semblables, qui permettra ici de lever une partie du voile (ou du suaire) de la croyance en politique. Nous verrons, par incidence ici, et qui devrait être mieux développé par la suite, ce qu’une comparaison casuistique, entre lieux semblables (des métropoles, des villages), pourrait ajouter à notre analyse. Pour l’instant, disons que plutôt qu’une analyse comparative de stricte obédience, notre papier propose une analyse conjonctive, résultant du traitement conjoint d’une dimension dans deux protocoles de recherche distincts.

Malgré ces difficultés méthodologiques, nous sommes parvenus à repérer des tendances communes, dans les témoignages recueillis, concernant la façon dont les croyances pouvaient nourrir le jugement politique. Ainsi avons-nous pu repérer une corrélation significative entre le type de politisation des individus et la territorialité des opinions exprimées, ou encore la fréquence des arguments politiques qui manifestent un lien entre les enjeux d’identité et de communauté locale et un certain nombre de croyances. D’où une question plus générale : les croyances politiques territorialisées formatent-elles, pour partie, les appréhensions individuelles et collectives du politique?  Il nous semble que la science politique est une discipline qui pourrait faciliter la mise en équation de cette énigme dans la mesure où elle est située à la fois à l’articulation de savoirs spécialisés sur les croyances et aux confins de courants de pensées critiques sur les représentations.

Pour explorer cette hypothèse, le propos sera développé en deux temps. Nous détaillerons d’abord les fantômes publics et l’esprit des lieux qui caractérisent les appréhensions de la politique à Octon, village habité par la politique, et à Naples,  métropole condamnée à vivre au purgatoire. Nous engagerons ensuite une réflexion sur les mécanismes de mise en ordre territorial que ces données suggèrent en ouvrant un questionnement sur l’imbrication des croyances dans la vie sociale et dans la vie politique locale, puis en étudiant la nature passionnelle des récits qui donnent du sens et de la portée à ces représentations. Le propos sera conclu en soulignant l’intérêt qu’il y aurait, pour la science politique, à étudier la politique à crédit en multipliant les passerelles interdisciplinaires, notamment en direction de la sémiologie et de l’anthropologie politiques.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *