Les Métropoles et la controverse du suffrage universel direct

Voici les actes de la deuxième controverse initiée à l’initiative du Conseil de développement de Grenoble Alpes Métropole et dans le cadre du 70ème anniversaire de Sciences Po Grenoble le jeudi 31 mai 2018.

Suite à la 1ère controverse le 21 novembre 2017, j’avais publié un pot de vue dans THE CONVERSATION intitulé Désigner les élus métropolitains au suffrage universel direct ? Trois leçons venues de l’étranger.

Vous trouverez ci-dessous le texte proposé pour les actes de cette 2ème controverse:

SUD: Souffle de changement, Urbanité apaisée, Destin partagé…

Pour imaginer l’avenir des grandes villes, le projet de consolider les instances urbaines de gouvernement en instaurant le suffrage universel direct à l’échelon métropolitain reste une proposition difficile à mettre en œuvre en France. Notre démocratie locale fait figure d’exception dans le paysage européen en refusant de prendre cette voie sur l’argument principal que les 36 000 maires et le Président de la République constituent le socle cardinal, en termes d’incarnation, pour cristalliser une symbolique territoriale de diversité et d’unité. L’élection directe des élus métropolitains risque de brouiller le modèle, elle pourrait, disent certains, menacer la représentation politique made in France. Pour appuyer le verdict, certains en appellent même à des sociologues qui agitent le chiffon rouge d’une double perte de sens sur les valeurs rurales et sur la solidarité nationale.

 Si l’on regarde l’équation à l’étranger, on trouve la même intensité socio-historique du pacte initiale reliant les communes à l’Etat. Mais cette concorde symbolique entre le local et le national n’interdit pas les réformes métropolitaines! Presque partout dans le monde, on élit dorénavant des assemblées à l’échelle des grandes agglomérations urbaines qui se distinguent des élections communales ou par arrondissements. De même, il est dorénavant admis et assumé que celui ou celle qui en dirige les instances exécutives doit être élu(e) au suffrage universel direct. Dans tous les autres systèmes nationaux, la logique du gouvernement métropolitain s’impose donc progressivement alors même que chaque culture nationale ne brade ni ne renie son modèle municipal inscrit dans le temps long, qu’il soit fédéral, centralisé, subsidiaire, top down, bottom up ou hybride.

Ce constat nous entraine sur une énigme un peu mystérieuse: pourquoi donc les Français résistent-ils si farouchement à l’idée d’un parlement et d’une présidentialisation de l’exécutif pour conduire les affaires publiques des grandes villes alors même que 90% des priorités publiques s’agencent à cette échelle? Sur quels ressorts le particularisme français donne-t-il une telle primeur au monde enchanté des municipalités et des villages? Avant d’engager l’introspection, il faut souligner que la conjoncture internationale n’arrange pas les choses. Le populisme montant s’alimente d’une crise de confiance sur un puissant sentiment d’éloignement, de mécontentement et de désintérêt vis à vis du politique. Ces inquiétudes se nourrissent systématiquement, sur le plan symbolique, de plaidoyers territorialisés et identitaires qui associent mécaniquement le libéralisme mondialisé à la métropolisation des modes de vie. De l’Italie à l’Espagne en passant par les Etats-Unis, une petite musique entêtante diffuse l’idée que la métropolisation en incarne toutes les dérives et tous les périls. Le raccourci est saisissant: la métropole fait peur et « la » solution anti-mondialisation passe nécessairement par des élus d’hyper proximité et des dispositifs participatifs tous azimuts (et des États-nation qui tiennent leurs frontières…). A n’en pas douter, l’équation s’alimente d’un redoutable populisme émotionnel…

Que faire dans un tel contexte de crispation et de simplification des enjeux? Comment faire bouger les lignes quand l’imaginaire collectif confond à ce point les causes, les motifs et les solutions collectives? Les anthropologues pourraient peut-être, dans pareille tourmente, nous éclairer sur le lien que la politique tisse avec des enjeux d’incarnation. On pense ici à la célèbre formule de Churchill sur le sang et les larmes de la responsabilité politique. Le « pouvoir » des élus n’est pas seulement affaire de domination et de puissance, c’est aussi (d’abord?) une mise en récit passionné et partagé du vivre ensemble. C’est la théâtralisation, parfois charnelle et intimiste, des aspirations d’une communauté d’individus et de leurs valeurs. C’est la promesse démocratique, sans cesse remise sur le métier, d’un humanisme et d’une vision commune. Et nous avons besoin de médiateurs pour en porter et en argumenter la grandeur. Les métropoles sont condamnées au chaos ou au rôle de bouc émissaire tant qu’elles ne trouveront pas les messagers et les promoteurs de cette part de rêve, de ce souffle d’espoir.

Le SUD, acronyme de Suffrage Universel Direct, n’est en aucun cas la solution ou le levier magique pour construire l’harmonie métropolitaine. Mais il faut prendre au sérieux ses ressources de médiation et d’incarnation dans une société tiraillée de toutes parts et profondément rongée par les inégalités et les violences. Avec des élus métropolitains qui se présentent devant les électeurs pour relever ce défi, pour s’attaquer à ce grand dessein, c’est une façon de dire Stop à l’Ubiquité Décisionnaire, celle d’un modèle français où le conseiller communautaire est à la fois municipaliste, supracommunal, délibérant et décideur. Le SUD d’agglomération pourrait favoriser l’expression de la démocratie urbaine plus en phase avec son temps et nous aider à nous défaire de cette forme toxique de schizophrénie politique. Pour mieux conjuguer Souffle de changement, Urbanité apaisée et Destin partagé?… La piste est transgressive, voire disruptive. Elle mérite d’être explorée!

Alain Faure – septembre 2018