Les frissons du pouvoir local (voyage en égo-politique)

Séminaire en 3ème année – 1er semestre 2018-19 – Sciences Po Grenoble

Lien intranet revue de presse (pour les étudiants uniquement)

  • 4/10/2018: séance 2 : 15 jours d’émotions dans les médias – Emmanuel Macron l’ONU 41’40 https://youtu.be/EV8ebDGhNUY puis Donald Trump https://youtu.be/ctPexfE6B3c – Valls 1’22 Collomb 13’25 Robin – exposé Margaux Blache (Happycratie et populisme émotionnel) – Voyage en égo-politique (larmes et promesses)
  • 18/10/2018: séance 3 – 15 jours d’émotions dans les médias – Exposés sur les ouvrages de Christian Le Bart (Tristan Labiasse) et de Frédéric Lordon (Manon Jan) – suite du cours (les entretiens semi-directifs)
  • 15/11/2018: séance 4 avec Christian Le Bart (en visioconférence) – Exposé sur l’ouvrage Marrel-Godmer (Katia Barthélémy) – suite du cours

revue de presse: https://docs.google.com/document/d/1iwGO89H2EGD2M48fg3yC5POU9ji0HQ6PljvT-Z-AZSc/edit?ts=5bed2869#

  • 29/11/2018: séance 5 avec Guillaume Marrel – Exposé sur les ouvrages de Coccia (Nina Kroptkine-Watson) et de Lahire (Morgane Balsamo) – suite du cours
  • 13/12/2018: séance 6 – Sciences Po du Futur (amphi A)

Exposés: Illouz (Margaux Blache), Coccia (Nina Kroptkine-Watson) – Godmer Marrel (Katia Barthélemy) – Lahire (Morgane Balsamo) – Lordon (Manon Jan) – Le Bart (Tristan Labiausse)

Présentation

Ce séminaire d’initiation à la recherche se situe à l’articulation de trois champs d’analyse: la socialisation des élites, le pouvoir local et les émotions en politiques. L’objectif est d’accompagner les étudiants dans la réalisation d’un petit mémoire de recherche consacré au « gout du pouvoir » tel que le racontent des élus. L’approche fait écho à des enquêtes en science politique centrée sur les motifs qui entrainent des individus à s’engager toute une vie dans les arènes électorales et à guerroyer avec tant de ferveur et d’énergie pour « représenter » leurs concitoyens. Dans la littérature scientifique « classique », les réponses s’orientent d’abord vers des ressorts de statut, de puissance, de prestige, de privilèges et de jeux d’influence. Et dans l’imaginaire collectif, les ascensions politiques sont d’abord affaire de violence, d’argent et de domination, selon un scénario prévisible où la jouissance en politique (la conquête puis la préservation du pouvoir) se nourrit de cris et de sang. Mais dans sa formule restée célèbre, Winston Churchill évoquait aussi les larmes du pouvoir. C’est cette autre forme d’ivresse politique, moins discutée dans les sciences sociales, que le séminaire souhaite explorer en étudiant comment le pouvoir local se nourrit de blessures, de doutes, de drames et d’empreintes émotives situés dans l’enfance et l’adolescence des futurs élus. L’objectif du séminaire est faire ce voyage en égo-politique pour discuter l’hypothèse que c’est dans l’intensité de ces fragilités que l’attrait pour la politique locale se dessine et s’affermit.

Méthodologie

Les premières séances seront consacrées à une brève revue de la littérature scientifique et à la présentation d’un protocole de recherche pour la réalisation d’entretiens individualisés. Les séances intermédiaires feront le suivi des mémoires et la dernière séance leur présentation (en cours ou terminés). Les consignes et méthodes mobilisées dans la recherche menée par l’étudiant ont été expérimentées pendant plusieurs années auprès des étudiants de Sciences Po Grenoble. Le séminaire propose de tirer parti de ce format, l’entretien en tête à tête sur un mode confidentiel, pour privilégier un travail d’introspection sur la politique « avant la politique » (enfance, adolescence, premiers combats collectifs) mais aussi sur la politique « en tension et sous pression » (dans l’exercice quotidien du pouvoir). Une synthèse de la démarche et des résultats déjà collectés est présentée dans un article en ligne récemment rédigé par le responsable du séminaire: Les ivresses inattendues du pouvoir local (Revue Sens-Dessous, avril 2018, n° 21).

Evaluation

Le séminaire nécessite une implication active dans les séances, principalement autour de la discussion de quelques textes récents touchant la question du tournant émotionnel. Il sera demandé à chaque étudiant de rédiger un court mémoire (50 p.) qui restitue un entretien et en propose une analyse liée aux enseignements dispensés. La note prendra en compte l’implication (30%) et le mémoire (70%).

Bibliographie indicative (en rouge les ouvrages récents qui pourront faire l’objet d’un exposé)

  • Abélès M., 2014, Penser au-delà de l’Etat, Belin
  • Blondiaux L., Traïni C. dir., 2018, La démocratie des émotions, Paris, Presses de SciencePo
  • Braud P., 1971, Le jardin des délices démocratiques, Paris, Presses de la FNSP
  • Cabanas E., Illouz E. 2018, Happycratie. Comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies, Premier parallèle
  • Clastres P., 1974, La société contre l’État, Éditions de Minuit
  • Coccia E., 2018, La vie sensible, Poche
  • Corbin A, 2018, La fraicheur de l’herbe. Histoire d’une gamme d’émotions de l’Antiquité à nos jours, Fayard
  • Elias N., 1939, La civilisation des mœurs, Paris, Presses Pocket
  • Faure A., 2016, Des élus sur le divan, Presses Universitaires de Grenoble
  • Faure A., Négrier E. dir., 2017, La politique à l’épreuve des émotions, Presses Universitaires de Rennes
  • Godmer L., Marrel G., 2016, La politique au quotidien, Lyon, ENS Editions
  • Hassner P., 2015, La revanche des passions, Fayard
  • Jablonka I., 2014, L’histoire est une littérature contemporaine, Paris, Seuil
  • Le Bart C., 2013, L’ego-politique. Essai sur l’individualisation du champ politique, Armand Colin
  • Le Bart C., 2018, Les émotions du pouvoir: larmes, rires, colères des politiques, Armand Colin
  • Lahire B., 2018, L’interprétation sociologique des rêves, Editions La Découverte
  • Lordon F., 2016, Les affects de la politique, Paris, Seuil
  • Muller P., 2015, La société de l’efficacité globale, Paris, PUF
  • Sommier I., Crettiez X. dir., 2012, Les dimensions émotionnelles du politique, Rennes, PUR
  • Zittoun P., 2013, La fabrique politique des politiques publiques, Paris, Presses de Sciences Po.