BIO

Le carnet http://enigmes.hypotheses.org/ présente les activités d’Alain Faure (chercheur en science politique au CNRS) à travers ses hypothèses, ses énigmes, ses publications, ses interventions et ses responsabilités dans différents chantiers collectifs.

Né le 14/03/1961 à Moulins (Allier) – Formation : baccalauréat D (lycée Stendhal à Grenoble), Institut d’Etudes Politiques de Grenoble (1982-86), DEA science politique (1987)

Diplômes : Thèse de science politique (1991), Habilitation à diriger des recherches (2002)

Emplois : attaché d’enseignement et de recherche à l’IEP Grenoble (1991-94), chargé de recherche CNRS en science politique 2ème classe (1995), chargé de recherche 1ère classe (1998), directeur de recherche 2ème classe (2010)

Mobilité scientifique : chercheur invité au Canada (2001-2002, INRS Urbanisation – Montréal), Chercheur invité en Italie (2008-2009, Université Federico II – Naples), Mission de recherche longue durée à Tokyo (décembre 2015-juin 2016)

Laboratoire de recherche : UMR PACTE (Politiques, ACtion publique, TErritoires) – http://www.pacte-grenoble.fr/

Coordonnées : Alain Faure – PACTE IEP Grenoble – BP 45 38 040 Grenoble cedex 9 (France) – +33 476826138 – alain.faure@sciencespo-grenoble.fr – Carnet de recherche : http://enigmes.hypotheses.org/

Fiche signalétique: Après avoir fait ses armes d’apprenti chercheur dans l’observation du monde rural et réalisé une thèse de science politique sur les “maires entrepreneurs” (sous la direction de Pierre Muller), Alain Faure a poursuivi ses travaux de recherche sur l’observation et l’analyse de l’action publique, tant au niveau local en France (intercommunalités, départements, régions) qu’au niveau international (Europe et Canada). Ces travaux se sont notamment orientés sur l’analyse du « métier » d’élu local pour tenter de mieux cerner la « médiation impossible » que ces derniers doivent réaliser désormais dans le cadre de la territorialisation des politiques publiques. Partant du constat que les leaders politiques des grandes collectivités territoriales deviennent des « passeurs de sens » exposés et influents, Alain Faure cherche à mieux comprendre les « sentiers de dépendance », les « tournois » et les « récits » qui caractérisent leur engagement dans les arènes territoriales et professionnelles. Pour avancer dans cette réflexion, différents secteurs d’activité publique ont été observés ces dernières années (la culture, l’habitat, l’action sociale, l’éducation, les transports, l’environnement…) en sollicitant des experts sur chaque domaine spécialisé et en collaborant avec des chercheurs d’autres disciplines (géographes, ethnologues, sociologues, urbanistes, économistes…). L’hypothèse théorique principale porte sur l’idée que la territorialisation croissante de l’action publique transforme les formes d’action collective et dessine les contours incertains d’une « démocratie différentielle ». Ce processus de différenciation conduit les grandes collectivités locales (principalement les agglomérations et les régions) à jouer un rôle structurant de définition non pas du bien commun mais des principes démocratiques de sa production. Dans ce cadre, plusieurs collaborations scientifiques internationales ont été engagées en relais avec l’Association Française de Science Politique et des travaux empiriques sont actuellement conduits dans une optique comparative en France, au Canada, en Italie et au Japon. Ses travaux les plus récents questionnent « la politique à l’épreuve des émotions » (titre d’un ouvrage collectif paru aux PUR en mars 2017) avec notamment des recherches sur la dimension passionnelle de l’engagement politique local (cf l’ouvrage paru en novembre 2016 aux PUG: « Des élus sur le divan. Les passions cachées du pouvoir local« ).

Responsabilités

Enseignement

Chantiers en cours

Agenda

Bibliographie générale

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *