12/12/2018 – paru dans The Conversation

Les sondages montrent que, passé l’effet de surprise, la révolte des « gilets jaunes » a été favorablement perçue dans la société française. Principalement parce que les reportages sur les mobilisations des ronds-points et les réseaux sociaux ont su mettre en image, de façon saisissante, l’évidence d’inégalités et de souffrances perçues comme croissantes et intolérables. La révolte s’est accompagnée de la conviction que les « élites » en étaient la cause première. Il s’agit d’abord, pour reprendre les termes du psychanalyste Boris Cyrulnik, de la contagion d’un trauma sur un ennemi collectif fantasmé

>> Lire la suite <<

Les vertiges de la démocratie sensible…

Le mouvement des gilets jaunes nous renseigne sur ce que que le politologue Christian Le Bart qualifie avec justesse comme la montée conjointe du métier d’individu et de l’égo-politique. Il y a, d’un côté, les colères et les rancœurs qui s’expriment bruyamment au grand jour des réseaux sociaux de façon désinhibée, loin du sas classique des partis, des syndicats et des cercles catégoriels ou identitaires. Et, de l’autre, des élus qui font de la politique de façon complètement égocentrée, c’est-à-dire en reformulant toutes les questions à l’aune de leur trajectoire et de leur propre ressenti.  –>> Lire la suite <<–

Point de vue publié le 23/11/2018 dans THE CONVERSATION 

Sanglots, frissons et uppercut : la démocratie au risque des émotions…

Dans son dernier roman, Sylvain Tesson raconte avec malice comment le récit d’Homère sur l’odyssée d’Ulysse fourmille d’émois politiques atemporels. Les émotions ont toujours gouverné l’univers politique. Pourtant, depuis quelques années, on a l’impression qu’elles s’invitent dans notre quotidien politique de façon beaucoup plus intrusive et explosive, et parfois jusqu’au malaise.

D’une certaine manière, l’actualité récente du gouvernement Philippe illustre bien ce tournant émotionnel qui transforme, de façon insidieuse, notre relation non seulement à l’État, mais aussi à la citoyenneté et au territoire. Retour en images sur trois séquences saisissantes de sanglots et de frissons.

LIRE LA SUITE (The Conversation – 15 octobre 2018 – Alain Faure) (au format PDF)

25 octobre – Portes ouvertes à Sciences Po Grenoble!

A l’attention de tous les compagnons de route de Pacte et de l’IEP Grenoble,

Capture d’écran 2018-10-08 à 10.28.29.png

L’inauguration/célébration des nouveaux bâtiments aura lieu ce jeudi 25 octobre de 13h à 22h avec des discours vibrants (70 ans de défis et d’émotions), des exercices de mémoire (spécial Questions pour un champion), la reconstitution d’un cours en amphi survolté (celui de Pierre Broué à la fin des années soixante), le lancement du recueil L’INSTITUT (18 nouvelles inédites en présence des auteurs). Et aussi des retrouvailles, la redécouverte des publis « historiques » dans la recherche, de la musique, un cocktail festif… 

Bloquez la date et faites un saut, vous êtes très attendu(e)s, vous êtes les bienvenu(e)s!

Alain Faure (réquisitionné comme gentil animateur de la cérémonie)