Grenoble, laboratoire d’une gauche conservatoire ou visionnaire?

Il y a dans les résultats du 1er tour des Municipales à Grenoble une équation émotionnelle inédite dans la mesure où la liste conduite par EELV et le Parti de Gauche a réussi à superposer symboliquement, par la vitalité de ses positions et surtout l’intelligence stratégique de son leader, plusieurs images jusqu’alors dissociées et incompatibles. Ses électeurs ont par exemple pu manifester leur adhésion à un mouvement plus général d’indignation et même d’exaspération face à la politique traditionnelle, rappelant en bien des points les élans observés chez les bonnets rouges en Bretagne ou dans le mouvement cinq étoiles en Italie. Cette démocratie de type pulsionnel, c’est-à-dire généreuse et passionnée mais aussi court termiste et catégorielle, révèle une profonde crise de confiance vis à vis des institutions et des autorités publiques. Mais ce sont paradoxalement les Grenoblois-anoraks du centre-ville (population jeune, sportive, familiale, plus diplômée que la moyenne) qui ont porté cet esprit de révolte et de ressentiment contre les élites.

La seconde nouveauté provient de la capacité d’Eric Piolle à s’approprier et à revendiquer un pan glorieux de la mémoire collective de la ville avec son parcours d’ingénieur passionné. C’est Grenoble l’innovante, cœur de toutes les expérimentations audacieuses sur la participation habitante, sur les nouvelles pratiques citoyennes et sur la vigilance contre les extrêmes. Cette seconde surimpression est tout autant paradoxale et trompeuse dans la mesure où les Verts grenoblois et le Parti de Gauche ont construit tout leur savoir faire en matière de politiques publiques locales sur des positions défensives, particulièrement procédurières et conservatoires dans les champs du développement et de la cohésion sociale. Depuis quelques années en effet, à la Région comme au Département et à la Métro (la communauté d’agglomération Grenoble Alpes Métropole), leur « non à » constitue une marque de fabrique et une ligne de front, une posture intransigeante qui sanctionne systématiquement, sans nuance ni alternative crédible, tous les grands projets, toutes les réflexions d’envergure régionale ou métropolitaine.

Dans sa radicalité volontiers procédurière et doctrinaire, la démarche se situe à des années lumière de la tradition visionnaire et prospective des GAM (groupes d’action municipale) de l’ancien maire mendésiste Hubert Dubedout, vision qui a imprégné les engagements de la liste animée par Jérôme Safar et nombre de ses soutiens parmi les figures militantes historiques de la scène grenobloise. La majorité des arènes associatives grenobloises se situe dans cette triple tradition pragmatique, réformiste et humaniste, une posture qui accepte de prendre à la fois à bras le corps et sur le long terme les dossiers complexes que la décentralisation a territorialisés (comme le logement social, la ségrégation spatiale, le soutien aux plus démunis, l’insécurité, les grands axes de déplacements, le renouveau économique, les rythmes scolaires…). Le laboratoire grenoblois et son empreinte génétique reposent sur cette éthique visionnaire de la responsabilité dans la décision publique. Or précisément, on ne trouve presque aucune réflexion prospective ou planificatrice de cette nature au sein des 120 engagements de la liste d’Eric Piolle.

Un rapport d’experts remis à Jérôme Safar il y a quelques mois avait tiré la sonnette d’alarme sur l’idée que les nouveaux élus de la ville devraient prendre de la hauteur et du recul dans un contexte métropolitain en pleine mutation. Le document soulignait notamment que le laboratoire grenoblois ne survivrait qu’à la condition de placer systématiquement les défis de la ville à l’échelle des 50 communes de la métropole et de ses 500 000 habitants. Les socialistes et leurs alliés, qui mettent concrètement en œuvre des politiques publiques structurantes à cette échelle depuis plusieurs années, viennent peut-être de se doter, grâce à cette crise, d’un véritable leader métropolitain. Vu la débâcle de la droite à Grenoble, le second tour devient en effet un enjeu électoral opposant deux projets de société distincts (presque antinomiques à gauche). Dimanche 30 mars 2014, les électeurs grenoblois devront choisir entre deux options, l’une conservatoire et procédurière (malgré les apparences) et l’autre visionnaire et sociale, et ce choix impactera durablement l’avenir de Grenoble mais aussi et surtout le destin de la grande région métropolitaine.

Alain Faure, politiste


13 réflexions au sujet de « Grenoble, laboratoire d’une gauche conservatoire ou visionnaire? »

  1. Fabien Malbet

    Je fais partie des collectifs citoyens qui ont rejoint la liste menée par Eric Piolle. Je pense que vous devriez vous pencher sur la façon de faire de la politique de nos édiles. Vous verriez alors que le manque d’écoute et la non prise en compte des points de vue des usagers de la Ville est une caractéristique de la politique municipale de ces dernières années. Il ne faut pas opposer des citoyens en opposition à des projets forcément bénéfiques à tous à une municipalité généreuse, mais plutôt se demander s’il n’y a pas eu rupture du lien entre la mairie et les administrés.

    Personnellement, je pense que cela remonte à la construction du Stade des Alpes qui a plus répondu à la vision mégalomane d’un maire qu’au besoin des habitants. Nos enfants n’ont pas de terrains (ou si peu et mal entretenus) ou pratiquer le sport. Il en est de même des écoles qui ont été carrément oubliées des chantiers de constructions récents (Bouchayer-Viallet, clos des Fleurs,…).

    C’est cette coupure démocratique qui est sans aucun doute la source de la popularité de la candidature d’Eric Piolle. « Faire sans les habitants, c’est souvent faire contre eux » est une adaptation d’une phrase de Mandela qui sied particulièrement à la situation.

    Les péripéties du second tour montrent que l’édile en course préfère ses intérêts privés à l’intérêt général qui aurait consisté à rassembler un ensemble électoral somme toute relativement homogène pour faire une politique partagée.

    Il se trouve qu’en démocratie, uen petite partie du pouvoir revient au peuple qui est souverain. Peut-être s’apercevra-t-on que certaisn sont capables de se réveiller ?

    Répondre
    1. controverses Auteur de l’article

      Merci pour ce mot. Il me semble que nos analyses convergent sur l’élan en cours. Mais ça laisse dans l’ombre la question métropolitaine, les politiques sociales et le « passif » procédurier de l’Ades sur les grands dossiers d’urbanisme (avec des inquiétudes vives sur le logement social et le développement économique).

      Répondre
  2. Denoyelle

    Pour en revenir sur les questions de procédures cela rejoint la question du manque d’attention des édiles actuels vis-à-vis des administrés. Quand même les conseillers municipaux (d’opposition) doivent demander par des procédures auprès de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA) le respect de ce droit, quitte à ensuite obliger la municipalité par le Tribunal Administratif, il y a un manque d’écoute flagrant.
    D’autre part, le fait que certaines des décisions municipales des années passées aient été annulées par les tribunaux prouvent que le travail mené ne respectait pas les règles légales en vigueur. Et après, les élus de la majorité municipale actuelle viennent dire que ces procédures sont anormales… Le droit doit s’appliquer à tous, aux délinquants des villes, comme aux collectivités locales et à leurs élus.
    Pour la différence d’attitude avec les GAM, l’une des raisons peut venir de la différence de position : la possibilité d’agir quand on est aux responsabilités qui donne la liberté d’imaginer et de prévoir à grande échelle, et l’impossibilité d’agir au contraire qui entraîne une démarche forcément plus silencieuse et laborieuse.

    Pour la métropole, il s’agit d’une instance de coopération intercommunale. La présence majoritaire forte de Grenoble dans cette assemblée ne doit pas écraser les expressions et les besoins des autres communes. Dans ce sens, et pour souligner l’aspect coopératif, quel meilleur symbole que de ne pas revendiquer la présidence pour la ville centre !

    Les craintes énoncés et propagés par certains sur le logement social et le développement économique relèvent de la désinformation et de la politique de la peur. Les différences portées par la liste « Grenoble une ville pour tous » portent sur les modalités de construction ou de subvention, pas sur les objectifs finaux du logement accessibles à tous ou du développement économique des entreprises de notre agglomération.

    Alain Denoyelle
    (candidat « Grenoble une ville pour tous »)

    Répondre
    1. controverses Auteur de l’article

      Merci pour ce mot. La métropole en construction est beaucoup plus que de la coopération intercommunale: c’est le lieu où l’on conçoit les règles de solidarité et d’équité entre les 500 000 personnes qui vivent, se déplacent et travaillent dans le même espace. Le « principe communautaire » s’imposera à tous. Les deux projets proposent à cet égard deux visions très différentes du développement, et je fais le diagnostic qu’elles sont antinomiques si l’on se fie aux négociations menées depuis 15 ans avec l’extrême gauche et les Verts dans toutes les instances territoriales (région, département, intercommunalité, commune). Le pari du changement est une belle promesse, mais le principe de réalité nous oblige à le relier à la façon dont les mouvements politiques de gauche conçoivent leur éthique de responsabilité. Vous confirmez, en insistant sur la stricte application du droit, une conception des politiques publiques qui condamne presque irrémédiablement tout projet d’envergure, toute initiative un peu innovante, toute hybridation audacieuse ou simplement expérimentale.

      Répondre
  3. Balmain

    c’est vrai que les écolos sont procéduriers ! La première chose que j’ai faite en devenant leur trésorier départemental en décembre 2002 a été de m’acheter un ouvrage de « ressources humaines » sur « la gestion des personnalités difficiles » 😉

    C’est vrai aussi qu’ils n’avaient pas forcément tort tout le temps :
    – la remunicipalisation de l’eau était une promesse de campagne commune PS_Verts_Go, trahie par Michel Destot.

    – le Grand Stade « trop grand, trop cher, trop mal placé » comme on disait est vide, et on ne sait pas quoi en faire, quelques évènements ne permettent même pas de payer les frais courants. Il a aussi couté son siège à Jean-Paul Giraud, assez injustement d’ailleurs, mais ce stade les Grenoblois n’en voulaient pas, en tout cas pas là. Sa place, si on y tenait, était à ST Martin d’Hérès, sur la rocade sud sans attirer les voitures en centre ville. Le pari d’avoir à la fois le rugby et le football au haut niveau n’était pas tenable dans une agglomération de la taille de celle de Grenoble, à moins de sacrifier le rugby … ce qui n’est pas la culture locale, heureusement !

    -la déclaration d’utilité publique de la Rocade Nord a été refusée par le commissaire enquêteur sur le constat, après plusieurs expertises, que cet ouvrage aggraverait les bouchons en attirant davantage de véhicules qu’il n’en circuleraient sans. Car le nombre de véhicules en circulation n’est pas une constante. Vielle règle connue de tous les spécialistes : tout ouvrage routier neuf se sature en cinq ans maximum. La rocade sud aussi avait été construite pour faciliter le trafic !

    – l’A51 est une autoroute à camions de délestage de la vallée du Rhône, et n’est rentable que dans ce cadre économique. L’air grenoblois ne peut pas se permettre quelques milliers de camions/jours supplémentaires dans la cuvette. Tous le monde est d’accord là dessus, sauf monsieur Vallini, et le siège du collectif d’opposants était en mairie (communiste) d’Échirolles.

    Le modèle de développement grenoblois est intéressant et fonctionne (sous réserve du débat sur les nanos et le principe de précaution), mais dans ses limites : les emplois créés ne profitent généralement pas aux Grenoblois, mais pour beaucoup à des salariés attirés depuis l’extérieur. Les quartiers sont toujours dans leur relégation, et leurs habitants dans le chômage de masse …
    L’urbanisme consiste en fait à expulser les couches populaires là où elles existent encore (St Bruno !, Esplanade) au profit de réalisation de prestige conduisant à une « gentrification » de la ville centre de l’agglo, processus certes naturel, mais qu’il n’y a pas lieu d’encourager, au contraire. Car un peu partout en France les logements « de standing » sont vides (4500 sur Grenoble _ou sur l’agglo, je parle de mémoire) alors qu’il manque un million de logement sociaux ou « quasi sociaux », logements privés à bon marché.

    D’une façon globale ce que nos militants ont ressenti dans la campagne de la part des habitants (je ne suis pas personnellement sur le terrain pour raison de santé) c’est d’abord une immense plainte générale sur l’absence de démocratie et de participation, voire sur une certaine arrogance technocratique de l’équipe sortante. Il me semble que la vigilance sur les limites de la démocratie de délégation et le souci de la participation réelle, en la suscitant en amont des projets et pas seulement en consultant sur les projets déjà bouclés, fait partie d’une tradition qui a été oubliée, au fil des mandats, par Michel Destot et Jérôme Safar, et que nous allons essayer de reprendre, si nous sommes élus.

    En fait, ce coup de tonnerre du premier tour me rappelle l’échec de Jean-Paul Giraud à la suite au passage en force sur le Grand Stade (faire couper les arbres 15 jours avant les cantonales !). Comme on avait de bons rapports je l’avais personnellement averti : attention Jean-Paul, le parti socialiste n’a pas voulu négocier avec nous pour les cantonales, on ne fera pas de cadeaux et on ne se désistera nulle part. Il m’avait répondu « c’est normal, en politique on n’a rien sans rien ». Ajoutant, lui qui avait bien senti les réactions de la population, « je suis un dommage collatéral ! »

    Répondre
  4. Fred

    Mettons à part, l’interrogation sur cette prise de position de la part d’un chercheur dont les champs de recherche sont « Pouvoir local – Politiques publiques – Sociologie des élus locaux – Narrative Policy ». Disons que c’est au mieux le choix d’une posture engagée de la part du chercheur, un observateur qui ne peut s’empêcher de participer. Au pire, une confusion des rôles de responsabilités qui incombe à un directeur d’une structure importante de recherche. Autant il est nécessaire d’assurer une présence de représentation auprès des pouvoirs locaux. Mais il est bien inutile de tomber dans la position de conseiller du prince.

    Sur le fond. Qualifier le travail de l’équipe de Mr Safar de visionnaire et sociale, c’est méconnaitre que les résultats obtenus dans les quartiers sud le sont grâce à une politique clientéliste, où les relations avec les quelques habitants qui votent encore se font sous la forme du marchandage. Il fallait voir le raccolage des derniers jours dans les quartiers suds pour s’en apercevoir : appartements, déménagements, prommesses de postes d’insertion…

    Au lieu de rêver dans les nuages de la métropole, qui n’existe que chez les amateurs du technocratisme, Alain Faure devrait plutôt opter pour une rigueur d’analyse des mécanisme de pouvoir, des dispositifs et de l’impact concrêt de ces formes de relations auprès des habitants. Il verrait alors quel archaisme se perpetue dans les pratiques municipales menées par la liste Divers Gauche sortante. Et alors, il découvrirait peut être une vertu aux procédures de l’ADES, oui oui, qui malgré sa manière obstruante, se réfère elle au Droit. Il y a un grand fossé entre le discours métropolitain, qui cherche encore à compléter ses leviers d’actions sur le réél, et la pratique municipale qui agit sur le quotidien des habitants.

    Ce que nous vivons est une lente dérive et agnonie du Parti socialiste grenoblois. Outre la provocation, comparer Piolle à des mouvements comme celui de Beppe Grillo et bonnets rouges est parfaitement contradictoire, avec l’analyse des résultats des premiers tours. En effet la classe moyenne et supérieure mène une révolte sympathique, bien propre sur elle, et sans danger pour les intérêts capitalistes.

    Répondre
    1. controverses Auteur de l’article

      Merci pour ce point de vue qui confirme en tous points la superposition des symboles au 1er tour à Grenoble et mon inquiétude pour le « laboratoire » grenoblois. La fracture entre les deux gauches est bien d’ordre idéologique et doctrinaire. Je vous invite à consulter les travaux de sciences sociales qui s’intéressent aux nouvelles formes de concorde sociale qui s’expérimentent progressivement dans toutes les métropoles du monde. Oui, il faut dorénavant apprendre à vivre avec ses voisins et avec les populations en souffrance de la métropole, bien au-delà des 36 0000 nombrils municipaux et en acceptant, à gauche, de relever le défi d’une métropolisation constructive et solidaire.

      Répondre
  5. Pongy Mireille

    Cher Alain,
    Equation émotionnelle inédite, dis-tu. Je dis, sachons raison garder dans l’utilisation des mots, car nous savons bien que leur enchantement est aussi volonté ou tentation de distinction de la part de ceux qui les maîtrisent et les énoncent. Une très « mauvaise surprise », comme a dit Jérôme Safar, me paraît une expression, certes plus triviale, mais beaucoup plus juste. Les sondeurs se sont trompés, il n’y a là rien d’inédit et l’émotion est partout à la hauteur de la surprise.

    Mouvement d’indignation et d’exaspération face à la politique traditionnelle, Crise de confiance vis-à-vis des institutions et des autorités publiques…, dis-tu. Bien sûr. Le vote de cette semaine pour le Front National est là pour confirmer ce que tout citoyen français et européen qui réfléchit, sait déjà depuis longtemps et que ne feront vraisemblablement que confirmer les élections européennes proches. La gauche et en particulier le Parti Socialiste, n’ont pas accompli le travail de réflexion et d’actualisation indispensable sur le devenir des cadres de pensée de la gauche. Qu’importe. Aujourd’hui la somme des réflexions issues de différents bords est suffisamment conséquente, pour qu’elles suscitent des volontés d’action. Grenoble est une terre d’innovation. Il n’est pas étonnant qu’elle souhaite aller plus loin. Seule la gauche (aujourd’hui plus que jamais) peut construire une alternative crédible, intelligente et argumentée au Front National.

    En regardant les résultats des élections par bureau de vote, j’ai « découvert » avec étonnement que la liste d’Eric Piolle arrivait en tête dans la majorité des bureaux (et pas seulement dans certains), sauf dans les quartiers qui votent traditionnellement pour la gauche socialiste (ce qui est le signe d’une fidélité remarquable). En assistant à plusieurs meetings des deux listes de gauche, j’ai « découvert » que la catégorie des « Grenoblois-anoraks du centre-ville » que tu définis comme « population jeune, sportive, familiale et plus diplômée que la moyenne », implosait et n’était pas pertinente pour analyser les résultats de ce premier tour des élections municipales. Outre que je ne suis pas sûre que le centre ville porte plus d’anoraks que d’autres quartiers, le public des meetings d’Eric Piolle est incontestablement plus populaire ou plus éloigné de la catégorie des Grenoblois-anoraks, que celui des meetings de Jérôme Safar.

    Tu salues « l’intelligence stratégique » du leader de la liste EELV-Parti de gauche, son « parcours d’ingénieur passionné », sa capacité à cristalliser (« superposer ») et rassembler des images et des symboles. Comme tu le sais, c’est précisément dans cette capacité que réside également en partie, une raison de l’arrivée en tête de la liste. Enfin le soutien apporté à sa liste par un des pionniers de l’équipe de Hubert Dubedout ne peut que conforter son souci de s’inscrire dans une certaine continuité de l’histoire innovante de la ville,

    Enfin si la capacité gestionnaire, la connaissance des dossiers est à créditer sur le compte de la liste du Parti Socialiste et de ses principaux leaders, il ne faut pas oublier que ces mêmes capacités et connaissances reposent d’abord sur une administration municipale compétente et formée dont le rôle est d’assurer la continuité de l’action publique, quelle que soit l’alternance politique. Proposer aujourd’hui une vision crédible et partagée de l’avenir est vraisemblablement aujourd’hui la tâche essentielle du politique, à quelque niveau qu’il se situe.

    Mireille Pongy, (Ex) Chargée de Recherches CNRS, PACTE, IEP de Grenoble, le 29 mars 2014

    Répondre
    1. controverses Auteur de l’article

      Merci pour ton mot, chère Mireille. Je maintiens mon diagnostic. Il faudra en effet creuser les analyses sur le vote « Grenoblois-anoraks » et confronter nos diagnostics bureau par bureau (à commencer par l’Ile Verte). Il faudra aussi élargir le cercle aux communes périphériques pour mesurer la spécificité du vote de la ville centre. Je maintiens (c’est l’essentiel de mon propos) que deux surimpressions trompeuses caractérisent ce vote, la première en lien avec des votes antipolitiques alors que ce sont des électeurs plutôt « privilégiés » et la seconde concernant la supposée filiation intellectuelle d’Eric Piolle avec Hubert Dubedout. Mais sans doute ai-je manqué de clarté sur ce point: depuis de nombreuses années, l’alliance ADES-EELV-Parti de Gauche démontre par ses positions à la Métro, au Département et à la Région une absence totale de vision métropolitaine et un positionnement radical sur toutes les politiques publiques structurantes à cette échelle (à commencer par les politiques sociales et de solidarité). C’est aussi à ce niveau que s’engagent les « figures » qui incarnent le renouvèlement de la pensée d’Hubert Dubedout (comme Jean-Philippe Motte pour ne citer que le plus remarquable) et mes travaux d’évaluation des politiques publique me permettent de pointer, sans aucune ambiguité possible, le clivage net entre d’un côté des initiatives métropolitaines courageuses parce que visionnaires (je le maintiens) et de l’autre la posture procédurière, conservatoire et doctrinaire de l’extrême gauche. Je ne dis rien de plus.

      Répondre
    1. controverses Auteur de l’article

      Merci pour ce mot, cher Guy S. anonyme. Je publie dans ce carnet tous mes textes, articles et points de vue, en les alimentant de mes recherches de terrain (très nombreuses sur le cas grenoblois) et en les signant comme chercheur libre (et fier de cette liberté). Je vous invite à les consulter pour évaluer les contradictions éventuelles dans mes analyses sur la question métropolitaine et à engager une lecture comparée avec les métropoles de Naples, Montréal, Toronto, Clermont-Ferrand, Lyon, Bayonne, Strasbourg… C’est quand même très curieux d’invalider mon propos, qui tente de poser des questions de fond et de décrypter une situation politique complexe, au seul motif que j’habite Grenoble (et alors que je n’ai accordé mon soutien à aucune liste). Je vous précise aussi que j’irai voter demain. Mais ai-je le droit en tant que chercheur?

      Répondre
  6. Bernard Pouyet

    le,30 mars, en attendant les résultats du second tour…

    En 1965,la liste victorieuse aux élections municipales de Grenoble, conduite par Georges Martin,(SFIO),comptait 17 candidats SFIO,9 PSU et 9 GAM.
    Georges Martin, fils de Léon Martin, maire de Grenoble de 1932 à 1935 et de 1949 à 1959, s’efface pour laisser le poste de maire à H.Dubedout.
    Les membres du GAM , nouveaux venus sur la scène électorale, mais souvent issus des clubs et de la CFDT, ayant parfois la double appartenance GAM/PSU, incarnent une gauche , dite gestionnaire et technicienne, dont les aspirations et les pratiques sont très éloignées de celles des notables de la vieille SFIO.
    Entre les uns et les autres,les divergences valent bien celles qui séparent aujourd’hui les membres des listes Safar et Piolle. À une différence près, qui n’est pas sans importance,il est vrai,ils ne se sont pas, des années durant, affrontés dans la gestion de la ville.
    Il reste qu’en 1965,des responsables politiques, en désaccord sur de très nombreux points ont su surmonté leurs divergences pour emporter, ensemble, la mairie.Cette victoire municipale allait ensuite permettre l’affirmation d’un modèle grenoblois à portée nationale.
    Là était la vision qui a manqué aujourd’hui.Accepter la fusion des listes,c’était accepter de relever,sur six ans, un formidable défi : refonder la gauche grenobloise,et inventer un nouveau laboratoire grenoblois, celui de la Métropole.

    Répondre
    1. controverses Auteur de l’article

      Merci pour ce mot, cher Bernard. La politique est faite de défis, d’épreuves, de promesses et de choix. Ce second tour permettra, quel que soit le résultat, d’engager un nouveau cycle pour le laboratoire grenoblois.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *