Grenoble en phase et à contre courant…

Il y a dans les résultats du second tour des élections municipales à Grenoble une nouveauté et beaucoup d’inconnues.

La nouveauté concerne la surimpression symbolique joyeuse des votes « indignés » et « écolos » dans une double conjonction nationale (anti-PS) et locale (le nouveau contre l’héritier). C’est assurément un vote très sévère si l’on s’en tient au bon bilan d’ensemble de l’équipe sortante. Mais la victoire révèle aussi un enthousiasme collectif qui est porteur de réelles promesses sur la demande et l’espoir pour plus de proximité et d’écoute des habitants. Le vote exprime aussi, ne l’oublions pas, un faisceau d’insatisfactions catégorielles et un fort ressentiment contre les « élites » en général et contre la professionnalisation de l’action publique urbaine en particulier.

C’est précisément sur ces tendances entremêlées que les incertitudes sont nombreuses si l’on tente de faire un peu de prospective. La zone d’ombre la plus inquiétante concerne le traitement global des enjeux de solidarité sociale et de développement économique à l’échelle de la métropole. Le programme d’Eric Piolle est particulièrement discret sur la question métropolitaine. Et dans les trois bastions communistes d’Echirolles, de Fontaine et de St Martin d’Hères, la reconduction des équipes sortantes laisse augurer d’une position (historique) de méfiance, souvent de défiance, vis à vis de la métropole et de cet intérêt communautaire qui va pourtant s’imposer à toutes les communes de l’agglomération à compter du 1er janvier 2015. Cette situation de frilosité intercommunale des quatre communes majeures de l’agglomération place le laboratoire grenoblois dans une étrange situation : en phase avec des aspirations profondes des habitants (une démocratie écolo-pulsionnelle et participative) mais à contre-courant de la tradition réformatrice et visionnaire de la ville (de la vision métacommunale plaidée par Hubert Dubedout dès 1965 au label grenoblois de l’innovation technologique et sociale diffusé par la suite).

Du coup, pour revisiter une formule des politistes sur les mystères du changement dans les politiques gouvernementales, l’heure n’est plus de savoir si « les politiques publiques changent la politique » mais bien de comprendre comment les espaces politiques locaux produisent des règles d’équité et de justice à l’échelle de la métropole. Cette ambition implique de ne pas limiter les dispositifs participatifs à des amortisseurs des mécontentements catégoriels et municipaux. N’en déplaise aux laudateurs de la rupture, les nouveaux élus communautaires seront forcément amenés à prolonger le travail de construction métropolitaine engagé par l’équipe sortante de la Métro, sur l’idée volontariste portée par son président Marc Baïetto qu’il faut sans relâche dépasser les bornes des clivages territoriaux et des frontières communales.

A ce titre, on peut faire l’hypothèse que le Conseil de développement de la Métro sera l’un des cœurs de chauffe de ces nouveaux apprentissages démocratiques. Tout le monde en convient aujourd’hui, les défis de médiation et de traduction de la demande citoyenne doivent fonctionner sur un mode bottom up. Mais si l’on veut que la démarche ne se limite pas à des éléments de langage (de dénonciation et de protection instrumentalisés par ceux qui maitrisent le mieux les ressorts du langage du pouvoir), les élus des 49 communes, opposition comprise, devront métropoliser leur éthique de la responsabilité. Le défi est immense : être plus à l’écoute des besoins des invisibles et des populations en souffrance ; surmonter, par le dialogue, les malentendus et les tensions qui opposent les urbains, les périurbains, les rurbains et les ruraux ; bousculer les positions idéologiques caricaturales sur le modèle économique et sur la protection de l’environnement; accepter d’affronter collectivement les défis sur l’emploi, le logement et les déplacements en transcendant les réflexes catégoriels hérités. Le renouveau citoyen passe par la production d’alertes qui cristallisent à la fois les élans pulsonniels et les qualités visionnaires du laboratoire grenoblois. Le conseil de développement pourrait  jouer, dans ce contexte inédit, un rôle privilégié d’interpellation, d’échange et de délibération pour retrouver la confiance, pour imaginer des alternatives, pour construire un destin commun et une identité partagée. L’invention d’une social-démocratie métropolitaine ?…

Alain Faure, politiste


Une réflexion au sujet de « Grenoble en phase et à contre courant… »

  1. Gérald Dulac

    conseil de développement coeur de chauffe de la métropole des nouveaux apprentissages démocratiques ?
    en tant que 1° président du conseil de développement j’ai vécu, avec bcp d’autres amis, les premiers pas de ce type de structure.
    les réussites ont été manifestes : réflexe vélo et la prise en compte d’un objectif de 10% des déplacements, les débats sur la chimie, l’accompagnement des débats nationaux sur la recherche, le livre sur les déchets utilisé partout en France, le logement, …
    les critiques et les manques aussi : pas assez de représentants non institutionnels, pas assez de jeunes …
    on a été snobé aussi, surtout par les structures ne souhaitant pas se « rabaisser » car ayant accès directement aux élus …
    mais aussi par une très grande majorité des élus de tous les bords qui ne souhaitaient pas reconnaître des avis argumentés qu’il leur faudrait écouter
    la question des doublons aussi : la place des conseils de secteurs ou de communes avec des Maires qui ne souhaitaient pas que le conseil de développement établisse des liens directs durables, les comités d’usagers si utiles mais multipliant les lieux d’investissement en temps
    tout cela est perfectible mais réclame une reconnaissance. J’ai révé un conseil de développement idyllique dans le livre dirigé par Daniel Bloch « Grenoble cité internationale, cité d’innovations ».
    Mais l’avis le plus précis que je peux te dire, Alain, sur ton propos est celui-ci, un conseil de développement peut être un coeur de chauffe de la démocratie à une seule condition : les élus communautaires doivent le vouloir, lui en donner les moyens, lui demander des exigences de qualité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *