Les énigmes politiques du moment métropolitain…

Capture d’écran 2014-12-19 à 16.10.58

Texte intégral (avec références bibliographiques) – Référence HalSHS – Article paru dans la Revue Politique et Parlementaire, numéro d’avril-septembre 2014 intitulé « Elections de crise » .

Résumé:

Les élections municipales de mars 2014 en France ont permis aux électeurs d’identifier, sur leur bulletin de vote, les candidats désignés dans chaque liste en compétition pour représenter leur commune à l’échelon intercommunal. Tout le monde en convient, ce « fléchage » constitue une étape importante dans la reconnaissance politique des intercommunalités puisqu’il officialise l’amorce d’une émancipation majeure pour les « élus communautaires », ces derniers incarnant dorénavant directement cet échelon territorial de gestion publique. Le processus d’amplification du transfert des compétences et des responsabilités du niveau communal vers le niveau intercommunal touche toutes les grandes villes sur les dossiers majeurs de l’urbanisme, du logement, de l’environnement, des déplacements, du développement économique et de la solidarité. Pour autant, force est de constater que cette mini-révolution n’a impacté que marginalement la teneur des débats et des promesses tout au long de la campagne électorale. Quelle que soit la ville et la région urbaine placées sous la loupe, on est même frappé par la forte incertitude que cette nouvelle équation génère. Une incertitude sur l’interterritorialité en construction, c’est à dire sur les nouveaux rapports de force et de coopération entre les communes pour penser les coopérations et les projets entre ville centre, communes périurbaines, communes rurales, intercommunalités voisines, département, région… Une incertitude sur la dynamique démocratique en gestation, dans la mesure où les dispositifs participatifs et les programmes d’évaluation du service au public se sont considérablement développés en quelques années à tous les échelons de l’action publique locale (du quartier au niveau régional en passant par des expérimentations citoyennes transversales ou spécialisées). Une incertitude enfin sur le rôle de puissance publique dans l’énoncé de l’intérêt général, au sens où l’intercommunalité constitue un miroir et un révélateur des crises imbriquées que la société française traverse pour concevoir la solidarité et la cohésion sociales à l’échelon infranational. Pour  tenter d’éclairer cette triple énigme, l’article revient sur une série d’enquêtes, menées dans différentes villes en France et à l’étranger, afin de repérer les points de blocage et les nœuds politiques ou symboliques pouvant expliquer la résistance aux coopérations intercommunales depuis deux décennies. Dans un premier temps, l’attention est portée aux discours convergents qui limitent l’intercommunalité à des fonctions de rationalisation et de protection face à l’urbanisation. Majoritaires sont les acteurs impliqués dans la coopération intercommunale qui défendent en effet une conception assez défensive et restrictive du bien commun malgré les usages très variés que les habitants font de l’espace métropolitain. On entrevoit ici les contours d’une imagerie intercommunale paradoxale qui dénonce systématiquement la métropolisation dangereuse. Dans un second temps, une analyse est engagée sur les raisons pour lesquelles les élites locales éprouvent tellement de difficultés à mettre en récit les politiques d’agglomération de façon positive et dynamique. Le diagnostic souligne un véritable échec argumentatif : malgré des savoir-faire, des expertises et des dispositifs parfois très élaborés, les entrepreneurs métropolitains (leaders politiques, hauts-fonctionnaires, experts) ne parviennent à susciter ni élans et ni adhésion politiques sur un projet commun et partagé. Pour conclure enfin, ce diagnostic d’une panne d’émotions des récits métropolitains est réévalué à l’aune des discours et promesses entraperçues au lendemain des municipales de mars 2014 lors de l’élection des nouvelles équipes présidentielles intercommunales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *