La métropole attitude angevine…

L’Agence d’Urbanisme de la Région Angevine m’a invité au 1er rendez-vous du Pôle Métropolitain Loire Angers, un syndicat mixte visant à rassembler plus de 400 000 habitants sur 4 intercommunalités et 75 communes. C’était un vendredi 10 mars étonnamment printanier, nous étions installés dans la salle de spectacle de la commune nouvelle Loir-Authion avec 120 élus dans la salle, et à la tribune trois « présidents » (Christophe Béchu, Jean-Jacques Girard et Marc Schmitter) et un expert de l’agence (Stéphane Rondeau). On m’avait confié la mission du « gentil animateur » dans cette première réunion de famille (distribuer la parole et surveiller l’horloge) mais aussi celle du témoin-aiguillon au fil des échanges. La présente note n’a pas pour objectif de faire la synthèse de la rencontre mais simplement de lister sur le vif quelques enseignements en profitant de ce statut privilégié d’étranger à la tribu. J’avais présenté en début de soirée deux énigmes qui sont au cœur de mes recherche actuelles (comment raisonner intercommunal et supracommunal sans gommer l’esprit des lieux qui fait la saveur et l’authenticité des communautés locales; comment adosser les politiques publiques métropolitaines à un récit certes raisonné mais aussi séduisant et rassembleur) et j’espérais que ce grand rendez-vous fonctionnerait aussi comme un laboratoire au sens expérimental du terme (l’alchimie du territoire angevin…).

Dès sa première intervention, le maire d’Angers a bousculé mon scénario en soulignant avec malice que de son point de vue, il n’y avait pas d’agenda caché dans cette réunion et que les choses étaient fort simples : le choix du « pôle métropolitain » (plutôt qu’une grande « métropole ») était définitif et assumé sur une mission d’animation-coordination; les bassins de vie étudiés par les SCoT constituaient la bonne échelle de traitement des problèmes; enfin l’élargissement du périmètre demeurait à l’ordre du jour de façon constructive et dépassionnée (Beaugeois-Vallée). La rencontre a ensuite été séquencée autour de quatre thématiques (les contrastes, les qualités, les liens et les biens communs du pôle) en introduisant chaque partie par une batterie de chiffres, cartes et graphiques (avec Stéphane Rondeau) puis en faisant réagir successivement les trois présidents et la salle. En 120 minutes documentées et sans temps mort, un tour d’horizon assez complet a été réalisé sur la question. L’atmosphère était studieuse, parfois joueuse, toujours chaleureuse, jamais houleuse. Et j’ai compris, au fil des interventions, que la fameuse « douceur angevine » recouvrait d’un voile élégant de civilités les questions qui fâchent, les problèmes non résolus et les questions en suspens.

Puis est venu le temps de la conclusion. La veille, j’avais participé à l’Université de Bordeaux à un débat autour de la sortie d’un ouvrage codirigé avec Emmanuel Négrier, La politique à l’épreuve des émotions, où de nombreux auteurs avaient précisément insisté sur l’entrelacs puissant qui relie les émotions à la raison, les passions aux convictions, bref le désir à la politique. J’ai fait remarquer que notre soirée n’avait généré, en apparence, ni larmes, ni colère, et guère d’inquiétudes. Les analyses étaient mesurées, elles insistaient sur l’équilibre et l’harmonie à inventer, elles argumentaient de façon tempérée sur les complémentarités et les atouts. La réunion des trois familles s’apparentait donc plutôt à une concorde qu’à un mariage, et même les risques de fracture et les zones d’ombre étaient discutés avec tempérance. J’ai alors repensé à mes entretiens récents au Japon, quand mes interlocuteurs élus ne bougeaient pas d’un cil, une heure d’entretiens durant, quel que soit le sujet abordé. Mais avec une différence de taille : sur les questions sensibles (les blessures personnelles, la corruption, la violence du combat électoral, les fusions de communes…), les propos étaient emprunts de beaucoup de mordant. La placidité du corps et la maitrise des émotions n’interdisaient pas des verdicts d’une étonnante franchise, comme si il eût été déshonorant pour ces grands élus de ne pas dire toute la vérité, rien que la vérité, dès lors qu’un hôte étranger en faisait l’insistante demande…

Il m’a semblé voir, et ce fut ma conclusion en fin de soirée, une métropole attitude qui consiste à présenter la cohésion métropolitaine en affichant uniquement les éléments qui font consensus ou qui participent à sa construction. Les dossiers difficiles ne sont pas esquivés mais ils sont traités avec modération, voire même avec délicatesse. Ainsi en fut-il du dossier en suspens du Beaugeois-Vallée (territoire qui n’avait pas encore formellement validé son entrée dans la famille) : pour répondre à l’inquiétude d’un député sur son absence dans les projections chiffrées, l’AURA a immédiatement sorti un jeu de cartes l’intégrant dans l’équation. Aux élus qui soulignaient la discrétion des diagnostics sur les nouvelles mutations périurbaines (la fracture sociale intra-urbaine, les tiers lieux émergents, les « pépites végétales » insuffisamment mises en valeur…), la promesse fut faite de mettre ces questions à l’ordre du jour du prochain rendez-vous métropolitain. Visiblement, dans la région angevine, on sait maitriser les tensions et les passions. Mais l’épreuve des émotions est-elle pour autant surmontée?… Je fis le diagnostic que ce n’était pas certain et qu’il me semblait que le Pôle métropolitain Loire Angers pourrait difficilement s’affirmer, dans toute la complexité des mobilités et des inerties qui le composent, sans que soient énoncés publiquement des symboles forts, des cris du cœur et même quelques promesses vibrantes sur ses desseins et son destin.

Les nombreuses interventions qui ont suivi mes propos montrent que j’ai sans doute encore du chemin à faire pour percer l’esprit des lieux angevins… Alors qu’un maire avait prudemment expliqué en première partie qu’il voulait ce Pôle parce que « c’est un territoire où il fait bon vivre », plusieurs élus sont cette fois intervenus avec verve pour souligner le caractère exceptionnel de l’écosystème angevin. Un maire a même poussé une comparaison convaincante avec la magie des lieux à San Francisco. Et les trois grands témoins de la soirée ont clos les échanges avec le même enthousiasme. Christophe Béchu a pris l’habit du conteur (« Je vais vous raconter une histoire… ») pour brosser l’incroyable accélération des regroupements dans le département (recompositions, communes nouvelles…) et vanter toutes les « couleurs primaires du projet » qui n’attendaient dorénavant que des balises et des boussoles pour prendre le large. Marc Schmitter a déclaré avec sincérité : « Ce pôle, il me plait et il me donne envie ». Jean-Jacques Girard enfin a insisté sur l’étendue des découvertes à partager entre territoires, bien au-delà de la sacrosainte « douceur angevine ».

Je ne résiste pas, pour terminer, à lancer deux petites piques amicales (le rôle d’aiguillon reste par nature facétieux…) : d’une part la tribune était 100% masculine; d’autre part, de toute la soirée, nous ne vîmes pas une seule carte situant le pôle dans le département, la région, la France, l’Europe et la planète. Un psychanalyste y verrait surement du refoulé et de l’insularité… Quoiqu’il en soit, je garderai de ce premier rendez-vous métropolitain un souvenir chaleureux. La réunion des familles a bien eu lieu et la thérapie de groupe est en marche!

Alain Faure, Directeur de recherche PACTE CNRS – Université de Grenoble Alpes
Carnet de recherche : https://enigmes.hypotheses.org/
Ouvrages récents : Des élus sur le divanLa politique à l’épreuve des émotions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *