Un soleil d’hiver sur la Baie du Mont Saint-Michel…

Les « Assises pour le lancement de l’écriture du plan de gestion ‘Mont-Saint-Michel et sa baie’ » (on pouvait difficilement faire plus long!) se sont tenues à Avranches par une longue journée de mars, la brume de marée du petit matin laissant progressivement place à un beau soleil d’hiver. Avec mon collègue géographe Martin Vanier, nous étions mandatés pour animer ces débats, leur donner du rythme, et dès les premiers contacts, nous avons compris que les 200 invités prenaient visiblement cette assemblée très au sérieux. Les organisateurs avaient vu grand en présentant le lancement du plan comme une étape fondatrice sur l’avenir de la Baie. Le casting était aussi ambitieux dans sa diversité : on trouvait, à parité bretonne et normande, des maires, des présidents intercommunaux et des députés, mais aussi plusieurs ministères de l’Etat (qui ne sont pas nécessairement au diapason) et des « forces vives » situés dans les champs tant de l’économique que du culturel et de l’environnemental.

Dès les premiers discours, on a senti que ces éco-systèmes et ces microcosmes souhaitaient se saisir de cette rencontre comme d’une opportunité pour faire bouger les lignes. Les intervenants ont tous adopté l’étiquette du « dialogue constructif » et des « valeurs communes ». Nous avons aussi remarqué que les questions « difficiles » n’ont pas été abordées frontalement. Ce sont plutôt des (ré)conciliations qui étaient à l’ordre du jour, que ce soit entre les communes, entre les intercommunalités, entre les départements, entre les régions, entre les services de l’Etat, entre les experts, entre les secteurs d’activités… Bien sûr, tout le monde avait en mémoire l’épisode tumultueux du 4 décembre 2014 (le jour où la Ministre de l’Ecologie avait ému le landerneau local en annonçant la possible création d’un parc de la Baie). Mais visiblement, cette situation de tension était racontée sur un mode apaisé. Des élus ont été jusqu’à reconnaître que la mise en demeure de la Ministre relevait de « l’avertissement salutaire » puisque la crise avait incité les élus locaux à faire front commun et à imaginer eux même un grand périmètre de gestion de la Baie. Cette perspective, rappelons-le, paraissait totalement inconcevable il y a seulement quelques années. La fusée a donc décollé : les assises d’Avranches ont permis de débattre sur les promesses du plan de gestion, à la fois sereinement et collectivement.

Si je chausse mes lunettes de chercheur en science politique pour décrypter l’évènement, c’est ce consensus interterritorial qui retient d’abord mon attention. On sait qu’en France, la création des territoires XXL se réalise le plus souvent dans les rapports de forces, dans la douleur d’arbitrages inextricables et dans l’expression de luttes fratricides. On sait aussi que les conditions d’institutionnalisation des grands territoires occupent une place obsessionnelle dans les négociations, notamment par crainte des pouvoirs abusifs « forcément » conférés à la supracommunalité. Pour les communes par exemple, l’angoisse d’être oubliées ou de perdre leur âme génère souvent des stratégies assez radicales de résistance et de blocage. Or pour le « lancement » du 17 mars à Avranches, il n’y eut ni cris, ni larmes, et pas une goutte de sang.

Sans doute la façon d’organiser la rencontre n’est-elle pas pour rien dans ce déroulé consensuel. La matinée a été entièrement consacrée à un travail de discussion sur des expérimentations interterritoriales réalisées en Champagne, au Grand Chambord et à la grotte Chauvet-Pont d’Arc. Les invités ont joué le jeu du langage de vérité en reconnaissant que leur gestion collective du patrimoine exceptionnel n’allait vraiment pas de soi au départ. Ils ont notamment insisté sur les difficultés rencontrées pour trouver un style de négociation qui ne heurte personne et pour poser des passerelles solides entre les professions et entre les communes. C’est d’ailleurs l’importance de ces tâtonnements de départ qui a retenu l’attention de l’auditoire : chaque territoire avait bien son « joyau » patrimonial (des caves, des châteaux, une caverne), mais au commencement, il n’y avait pas d’élan collectif ni d’envie de travailler ensemble.

C’est à ce stade que les élus invités ont expliqué, avec le recul de quelques années, pourquoi et comment les coopérations avaient été rendues possibles. J’ai perçu un fil rouge dans les trois témoignages : une dynamique vertueuse s’est enclenchée dès lors que tout le monde s’est mis d’accord pour focaliser l’attention sur la « réception habitante » (un parcours-nature dans le Val de Loire, une réflexion sur l’empreinte des guerres en Champagne, un défi scénographique en Ardèche). Alors que l’on s’attendait à la célébration d’un atout exceptionnel (l’architecture des châteaux, l’authenticité des caves, la splendeur des gravures rupestres), les projets se sont plutôt cristallisés sur des connexions inédites entre la culture et l’économie (le vélo de découverte, les empreintes de la mémoire, l’invention d’un lieu d’exposition). Dans les trois cas donc, il semble que les énergies ont convergé pour articuler des priorités de développement et un sentiment d’appartenance. Et sur chaque projet, le savoir a visiblement joué un rôle décisif dans la médiation: la plume des historiens en Champagne (pour revisiter les traumatismes du territoire); la cartographie sensible des écologues dans le Val de Loire (pour canaliser un potentiel cycliste inattendu); le savoir érudit des archéologue en Ardèche (pour transplanter le mystère des origines sur un site factice). Autrement dit, les témoignages nous ont permis de constater qu’avant de devenir technique et politique, chaque chantier a dû franchir une étape collective de nature symbolique et esthétique et que cette étape a donné lieu à un travail de réflexion sur la façon dont les habitants se représentaient leur territoire.

Dans les tables rondes de l’après-midi, l’assistance a en quelque sorte amorcé ce travail de qualification sur les valeurs de la Baie du Mont Sant-Michel. En adoptant le mode de l’abécédaire, j’ai pu repérer certains mots fétiches assez parlants : A comme albanisation, ambassadeurs, article L-612-1, alliances, ABF; B comme bergerie, baie; C comme codes, « co-visibilité »; E comme étendard, émotions, Etat; O comme « olocratie » (la science des passions); P comme partage… Dans la séance conclusive de la journée, les deux grands témoins se sont pris au jeu. Le vice président (Pierre-Yves Mahieu) a brillamment fermé le bal en déclinant les 4 R de la rencontre (les résultats attendus, les ressources, le rythme à donner au projet, les responsables). Le sous-préfet d’Avranches (Hervé Doutez) a complété le tableau avec les 3 R du respect, de l’inteRscot et de l’inteRsage, le tout sur un mode résolument républicain (« ni hermine ni léopard mais un drapeau français! »). On a donc pu constater que l’écriture du plan de gestion de la Baie du Mont Saint Michel n’était pas envisagée sur son versant gestionnaire (la structure porteuse, les compétences, les financements) mais qu’en revanche il y avait beaucoup de discussions sur ses dimensions qualitatives et symboliques (les valeurs partagées, le langage commun, l’implication des habitants). Si l’on tente de transposer des résultats du matin concernant les « ingrédients déclencheurs », il faudrait maintenant se demander qui seront, demain, les médiateurs de la Baie. Des historiens et des romanciers pour rassembler dans un même projet les deux régions? Des écologues et des artistes pour décrire la magie des marées et des bergeries de la baie? Des anthropologues et des baladins pour raconter l’esprit des lieux millénaire de l’Abbaye?…

Dans l’après-midi, un orateur a osé une formule poétique : « n’oublions jamais que l’expérience est comme un grand soleil d’hiver ». Au premier degré, c’est l’idée que si la lumière d’hiver est une source qui procure une belle énergie, cette sensation est de courte durée car elle n’opère que lorsque le soleil est à son zénith. La métaphore pourrait être traduite dans les termes suivants : certes, les expériences interterritoriales présentées dans la matinée sont stimulantes et le « dialogue constructif » de l’après-midi apparaît assez encourageant. Mais gardons à l’esprit que lorsque le soleil commençait à décliner en fin de journée, la page du plan de gestion était toujours vierge… L’évocation de ce dicton sur le soleil d’hiver était peut-être une façon élégante de nous rappeler que le travail sensible de mise en récit du patrimoine exceptionnel de la Baie reste à écrire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *