Premier bilan politique sur les émotions en jaune…

Version longue d’un papier publié le 13 mars 2019 dans LA CROIX: Premier bilan politique en jaune: les émotions omniprésentes

Les émotions sont omniprésentes dans la crise des Gilets Jaunes mais curieusement, les analystes n’en font pas une variable déterminante des événements en cours. Alors qu’en sociologie, en histoire ou en linguistique, des chercheurs prennent au sérieux depuis quelques années l’hypothèse d’un emotional turn  (un nouveau paradigme qui réévalue la place des affects dans la vie sociale), les analystes politiques s’en tiennent à une lecture de la politique fondée sur la raison, les intérêts et les institutions.

La crise actuelle offre pourtant un cas d’école éclairant sur la puissance des émotions dans l’équation démocratique. Dans la révolte des ronds-points, l’intime s’invite en première ligne, les souffrances sont racontées à la première personne, le bonheur de se retrouver transcende bien des clivages et les passions s’épanouissent dans la communication numérique.

Le refus de toute autorité coercitive

A bien des égards, la situation peut faire écho à des travaux fondateurs d’anthropologie politique qui avaient observé des communautés où les individus refusaient toute autorité coercitive et où la politique s’exprimait surtout dans des célébrations rituelles et festives. Par la parole et par sa gestuelle, le chef avait alors pour seule mission d’incarner les valeurs du groupe. L’aventure des Gilets Jaunes raconte, sur de nombreux points, ce singulier cocktail émotionnel.

Première indice : le mouvement a pris forme dans la cristallisation de blessures anciennes. Les témoignages montrent à quel point les colères étaient intériorisées. Face aux injustices et au chaos du monde, on perçoit une détresse viscérale et enfouie. C’est une colère sourde qui n’accède pas au cercle des partis, des syndicats ou des associations. On retrouve ici le même malaise perçu aux fondations du mouvement Cinq Etoiles en Italie, ou encore dans les témoignages de certains “marcheurs” et de certains “insoumis” au début de la campagne présidentielle. Dans mes propres enquêtes sur les motifs de l’engagement des élus, j’ai très souvent constaté (avec surprise) la récurrence de leurs confidences sur des traumatismes enfantins. J’ai notamment découvert qu’avant d’entrer en politique, ce sont presque toujours des larmes qui ont formaté leur rapport à l’autorité et aux enjeux de pouvoir. Les Gilets Jaunes confirment ce résultat paradoxal avec éclat: la compréhension des logiques de domination (le sang du pouvoir) se nourrit d’abord de blessures intimes sédimentées.

Une démocratie sensible 2.0

Deuxième indice plus visible: l’émotion se libère et s’amplifie à l’infini au frottement des réseaux sociaux numériques. L’espace de communion concerne d’abord le cercle privé des “amis” sur FaceBook. C’est depuis la cuisine ou le salon que fusent les premières indignations. On pianote et on like dans un langage simplifié à l’extrême, on manifeste sa colère sans filtre ni langue de bois, on interpelle dans l’anonymat et à distance. Il suffit d’un clic contagieux sur des taxes perçues comme injustes pour que convergent des milliers de rancœurs. Grâce à la réactivité de la toile, les cœurs battent soudainement à l’unisson. La démocratie sensible est numérique, elle palpite en mode 2.0.

Le troisième indice est incontestablement le rond point. Il s’est imposé comme le lieu magique de matérialisation des ralliements et des rencontres improbables. C’est un “tiers espace” idéaltypique où s’expérimente la fraternité et où les dignités bafouées sont reconquises. Les premières gardes de nuit, les débats interminables, la résistance aux forces de l’ordre, le braséro, les tentes, les casse-croutes improvisés, les drapeaux tricolores qui flottent au vent… La politisation opère ici sur de ressorts émotionnels que l’on retrouve dans les luttes syndicales et dans les premières campagnes électorales: des paroles fortes, des solidarités indéfectibles, des rencontres inoubliables, une logistique de combat. L’esprit du rond point donne de l’épaisseur et de la profondeur au mouvement. Il rassemble les consciences en dessinant une identité collective convaincante, presque une communauté de destin. La colère spontanée des individus se transforme en une cause collective juste et légitime. Les sondages d’opinion le confirment sans équivoque: dès les premiers blocages, 70% des Français comprennent la charge émotive de ce frisson jaune et approuvent le mouvement.

Les événements qui suivent (le blocage des péages, les grandes manifestations du samedi, les interventions dans les médias, les controverses sur les violences policières, les tentatives de structuration) relèvent de processus moins surprenants en termes de mobilisation sociale. Notons toutefois deux phénomènes passionnels qui rendent le cocktail numérique particulièrement explosif: une haine surdimensionnée à l’encontre de la personne et la personnalité d’Emmanuel Macron et des réactions épouvantées face aux images des violences policières durant les manifestations. Dans tous les témoignages, ces sentiments de haine et d’effroi semblent décupler l’énergie des manifestants.

Une démocratie impulsive

Enfin, un dernier indice concerne les tentatives de formulation des “solutions”. Les Gilets Jaunes ont développé un fonds argumentaire de résistance (la dénonciation des élus, la détestation des technocrates, l’indifférence à l’Europe) qui penche logiquement vers les dispositifs de démocratie directe. Le Référendum d’Initiative Citoyenne est ici plébiscité pour ses vertus radicales: il conforte la volonté d’une vox populi pourfendant les puissances du mal à l’abri des palabres parlementaires. Le RIC fortifie une efficacité démocratique rapide et impulsive alors que la procédure délibérative du “grand débat” initiée par le Gouvernement plaide, presque à l’opposé, la confrontation raisonnée des arguments et la pacification des rapports sociaux dans une médiation progressive avec les corps intermédiaires.

Quels enseignements politiques tirer de toutes ces secousses émotionnelles? En première lecture, la citoyenneté numérique apparait comme une véritable terra incognita démocratique et l’on peut légitimement redouter qu’elle favorise l’éclosion d’un régime à la fois charismatique et autoritaire. Mais la réceptivité des citoyens aux tourments du monde suggère aussi leur capacité à se mobiliser pour des grandes causes et sur des projets humanistes. Les passions politiques permettent de changer les représentations. A l’heure où des politiques publiques courageuses sont nécessaires pour sauver la planète, le rapport charnel des Français à l’État permet aussi de décupler les énergies et les solidarités. On trouve cette même synergie potentielle dans l’ancrage territorial de la République. Sur tous les niveaux de collectivités locales, les élus locaux sont plus que jamais placés en tisseurs et en passeurs d’émotions sur le bien commun. On peut faire enfin le même constat avec la multiplication des dispositifs participatifs qui abordent la mise en récit de l’intérêt général de façon qualitative et personnalisée.

Vu sous cet angle, le bilan politique en jaune ne montre pas seulement une dynamique contre l’autorité et la raison. Il raconte aussi la force des désirs, des audaces et des passions qui permettent de faire société et de cheminer, sur un mode certes chaotique mais prometteur, vers une démocratie plus sensible aux injustices du monde.

Alain Faure est directeur de recherche au CNRS à Sciences Po Grenoble. Il a codirigé récemment avec Emmanuel Négrier La politique à l’épreuve des émotions (PUG 2017). Il tient à jour un carnet de recherche sur les énigmes de l’action publique locale: https://enigmes.hypotheses.org/. Il a récemment publié 2 articles sur les Gilets jaunes dans THE CONVERSATION:     Les « gilets jaunes », aux confins…      Débat : La citoyenneté du nombril des “gilets jaunes”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.