Responsabilités partagées

La tempête médiatique et politique sur l’islamo-gauchisme que Sciences Po Grenoble et notre labo affrontent depuis quelques jours rend toute prise de parole compliquée, mais il me semble que le silence ou la seule communication institutionnelle peuvent aussi alimenter des malentendus redoutables, voire une forme de déni du réel. Je me permets ce mot pour éclairer toutes celles et ceux qui m’interpellent depuis 48h sur les incompréhensions et les colères que cette crise révèle. Cette introspection se fera en trois points qui sont aussi, d’une certaine façon, trois mea culpa.

Le premier concerne ce que vivent nos trois collègues. Entre Sciences Po et Pacte, le rôle de médiation et d’apaisement que les institutions et la communauté professionnelle auraient dû jouer lorsque la controverse s’est engagée en interne n’a pas été suffisamment mené. Il était pourtant indispensable afin de rappeler l’importance de respecter les conditions essentielles sans lesquelles il ne peut y avoir de débat serein. Comme il n’est jamais trop tard, je crois qu’il est indispensable d’affirmer aujourd’hui, individuellement et collectivement, que nous dénonçons absolument les agressions et menaces dont nos collègues sont l’objet. Le refus de ces pratiques intolérantes nous rassemble sur des convictions partagées et passionnées concernant les missions essentielles de production et de transmission des savoirs et des connaissances au sein de l’université, de ses instituts et de ses laboratoires. Nous devrions être l’un des piliers de la vitalité et de la qualité de notre système démocratique.

Le deuxième mea culpa concerne notre attention vis à vis des étudiants, des syndicats étudiants et des chercheurs juniors en master et en thèse. Là aussi, d’autant plus dans cette période Covid tellement déstabilisante, il me semble que nous avons sous-estimé l’importance des pertes de repères et la toxicité de certaines radicalités qui alimentent les engagements. Sur le fond, ces emballements illustrent certes l’immense richesse de ce que font les jeunes en termes de luttes collectives, de transgressions et d’expérimentations pour construire un monde moins inégalitaire. Mais sur la forme, il me semble que nous avons un peu perdu le fil des exercices solennels de participation et de délibération qui valorisent les débats contradictoires et qui accordent de l’écoute et du respect à chaque parole, chaque point de vue, chaque argument. Dans certaines des instances représentatives de l’université où je siège, ça fait quelques années que j’observe avec inquiétude une extrême simplification des prises de position syndicales des étudiants sans que personne ne questionne cette radicalisation rageuse et rampante. Il est urgent de porter plus d’attention au rôle de l’université pour accompagner les étudiants à penser les discriminations et les inégalités du monde dans toute leur complexité et en se gardant des invectives et du sectarisme.

Mon troisième mea culpa concerne les arènes de dialogue et la communication institutionnelle au sein du laboratoire pour réfléchir à ce qui fonde notre identité scientifique. Un laboratoire-paquebot n’est certes pas facile à manœuvrer mais il me semble que nous avons trop limité nos temps de réflexion stratégique à de grandes assemblées consensuelles. J’y perçois une forme d’appauvrissement de notre imaginaire de laboratoire. Les corps intermédiaires (tel le conseil d’unité) ne servent plus à grand chose et les syndicats ont déserté. En interne, le Directoire traite avec énergie et compétence la gestion des affaires courantes. Les réunions strictement scientifique s’enchainent. La communication tient à jour la liste, impressionnante, des publications, des séminaires et des colloques. Mais cela ne suffit sans doute pas. Dans le même temps, la communication externe de la direction s’est souvent structurée autour de communiqués vigoureux et de motions unanimistes qui argumentaient l’unité du labo sur le front de la lutte contre les réformes du Gouvernement*. Il me semble que l’on a un peu perdu un autre fil, celui de la grande tradition intellectuelle (du CERAT mais pas que) consistant à ouvrir des controverses critiques et constructives sur les nouvelles façons de penser les réformes et la modernisation de la société. Par exemple, ne faudrait-il pas donner plus de place et de visibilité aux travaux en sciences sociales, pourtant nombreux et novateurs, qui questionnent frontalement la réflexivité des chercheurs et les doutes et les espoirs qui habitent ces derniers dans les conflits d’interprétation et dans leur mise en récit de la conflictualité du monde?

L’emballement médiatique n’est pas la cause mais le symptôme d’un malaise qui est profond. Je plaide humblement pour que dans notre façon de faire corps dans le laboratoire et de présenter nos découvertes, nous valorisions mieux, nous chercheurs, à la fois le plaisir, la rigueur et l’utilité sociale de la controverse intellectuelle. Cela implique un peu d’audace et plus de sincérité, de bienveillance et de tolérance.

Alain Faure, chercheur CNRS PACTE Sciences Po Grenoble – Université Grenoble Alpes

*J’avais rédigé sur ce point un mot suite à l’AG de novembre 2021 intitulé  Malaise…