Archives de l’auteur : A. Faure

À propos A. Faure

Chercheur CNRS en science politique au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes - France)

Aide à mourir : les députés sont-ils dépassés ou augmentés par la fièvre de leur intime conviction ?

Lundi 3 juin à l’Assemblée nationale, l’examen de la partie du projet de loi sur la fin de vie a débuté par un débat sémantique sur les mots choisis pour qualifier « l’aide à mourir ». Dès les premières interventions, la dimension passionnelle des échanges s’est accompagnée d’une précaution oratoire inédite : la plupart des députés hostiles à la réforme n’ont pas souhaité défendre la position de leur parti en expliquant qu’ils voulaient simplement porter une parole en leur nom propre, avec leur ressenti personnel et leur intime conviction.

Le phénomène mérite attention. Dans la série « La fièvre » récemment diffusée par Canal+. Le cinéaste Eric Benzekri y suggère que la guerre civile menace dès lors que, dans les médias, les opinions sont uniquement mises en récit sur un registre personnalisé qui privilégie les colères et les souffrances psychiques individuelles.

Continuer la lecture

“On s’est collectivement égaré…”

Ma collègue Anne Mévellec m’a transmis cette vidéo où une mairesse Canadienne organise une conférence de presse pour annoncer sa démission. Témoignage passionnant sur la face cachée des épreuves intérieures du pouvoir (que je tente d’explorer dans deux articles récents : Lien social & Politiques ; La vie des Idées). Un cas d’école sur les énigmes et les vertiges des émotions qui accompagnent l’engagement en politique ! https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/2051486/depart-france-belisle-mairesse-gatineau .

-> CF aussi l’article du Monde qui fait le point sur ces questionnements au Québec: https://enigmes.hypotheses.org/files/2024/05/Au-Québec-un-club-politique-réservé-aux-seules-élues.pdf

Le CEPEL, ses gouts de lutte et ses sourires en coin…

[J’ai rédigé ce texte suite à ma participation en décembre 2023 au colloque-anniversaire des 40 ans du CEPEL intitulé “Le territoire dans tous ses états”. On m’avait gentiment proposé un rôle de “grand témoin” avec ma collègue Hélène Buisson-Fenet pour conclure les échanges. Un n° spécial de Pôle Sud va sortir au printemps 2024 qui présentera l’ensemble des contributions au colloque.]

Au terme d’un colloque anniversaire dense en ateliers, en films et en cocktails, la tentation est grande de remonter la pelote des événements en insistant sur ses temps forts. Les discours d’accueil et la « danse de l’espérance » allumée par Paul Alliès. Les grandes questions de fond soulevées dans les 8 ateliers. Le quatuor à cordes qui ouvre la soirée de gala sur l’air du « temps des gitans ». Les débats animés suite à la projection des deux films documentaires. Les photos de Ludovic Sposito sur le bonheur de vivre occitan. Et jusqu’à la cérémonie finale, en toge et dans une chapelle, pour célébrer l’aventure scientifique d’une Docteure Honoris Causa. Mais on peut aussi raconter l’évènement en tentant de reprendre le labyrinthe temporel que ses acteurs ont emprunté pour fêter « le territoire dans tous ses états ». De façon subjective, je retiendrai quatre énigmes intellectuelles qui font écho aux quatre décennies de luttes et de sourires de la CEPEL attitude.

Continuer la lecture