Archives de catégorie : Non classé

Le ‘tournant émotionnel’ (en science politique) à l’épreuve des théories et des méthodes

Communication présentée au 15ème Congrès AFSP (Bordeaux 2 juillet 2019) dans la Section Thématique n° 34 Articuler « modèles » théoriques et « données » empiriques : boîtes à outils et retours d’enquêtes

S’attaquer à l’articulation empirie/théorie donne un peu le vertige car immédiatement se pose la question compliquée des buts (et des ficelles!) du métier de chercheur. Dans la présente communication, j’aborderai ce défi en trois temps. D’abord en revenant brièvement, en guise de préambule, sur des collègues qui m’ont inspiré dans leur façon d’aborder cette équation: j’ai choisi quatre souvenirs qui évoquent les audaces et les obstacles que ce décloisonnement suggère. Ensuite en présentant deux recherches que je mène depuis quelques années sur le continent noir des émotions en politique: j’y résumerai les principales difficultés rencontrées, voire les impasses, pour mettre en interaction des méthodes et des concepts hétéroclites. Enfin en tentant de montrer pourquoi l’étude de la démocratie sensible bouscule et enrichit les savoirs spécialisés: j’évoquerai à titre prospectif deux pistes, l’une sur la méthode (l’approche anthropologique au ras de l’herbe) et l’autre sur la conceptualisation (l’approche littéraire à la première personne). Le fil rouge du propos est que l’articulation entre les modèles et les méthodes n’est pas seulement affaire d’innovations techniques, d’agilité conceptuelle et de réflexivité épistémologique. Avec le tournant émotionnel, c’est un double défi sur le dépassement des frontières qui se profile: de décloisonnement (pour une communauté scientifique qui revendique l’ouverture et la pluridisciplinarité) et d’introspection (pour des chercheurs plutôt orientés sur l’analyse de la domestication des passions).

—————— LIRE LA SUITE —————–

“L’université intégrée Grenoble Alpes possède une vraie responsabilité dans la réconciliation ville-campagne-nature…”

La rencontre du 16 avrilTous les événements Ca remue!La saison 3Paysage-Paysages en Isère
Pour mémoire: Ça butine!Ça grimpe!Ça flaire! Du 2 au 6 mai à Vizille: Ça remue!

La rencontre Ça rumine! se déroule à Sciences Po Grenoble (au cœur du campus de St Martin d’Hères, arrêt tram Bibliothèque). A l’accueil dès 9h30, il suffit de suivre les peintures de Didier Bayle (des moutons, des bergers, des alpages…) jusqu’au café-brioche et au stand des ouvrages.
Toute la journée est organisée en mode “assemblée constituante” dans l’amphi F avec pour mission-défi de rédiger le cahier des charges d’une université réconciliant “la ville, la campagne et la nature, le sauvage et le domestique, le paysage et l’animal, la magie des lieux et le bien être des étudiants” (c’est dans le programme…).

Continuer la lecture

Grand débat national: verbatim et synthèse de 3 rencontres à Grenoble, Varces et St Quentin Fallaviers…

A l’heure du bilan national, il faut revenir sur les moments singuliers qui ont ponctué la consultation. Dans ce cadre, j’ai été sollicité pour tenir le rôle de “garant” dans 3 grands débats.

L’association des Amis du journal La Vie en Isère a organisé une rencontre le 13 février 2019 et deux “rapporteurs” ont rédigé un verbatim et une note de synthèse qui montrent toute la richesse et la complexité de l’exercice.

J’ai aussi été sollicité par les centres pénitenciers de Varces et de St Quentin Fallavier pour animer le débat avec les détenus volontaires, respectivement le 8 et le 11 mars 2019. Ces rencontres, qui étaient pour le moins inédites en milieu carcéral, se sont révélées passionnantes en intensité et en contenu. Elles ont donné lieu à deux comptes-rendus (un verbatim et une note de restitution) sous la plume de Léa Dorval, étudiante de master à Sciences Po Grenoble actuellement en stade dans ces deux établissement.