25 octobre – Portes ouvertes à Sciences Po Grenoble!

A l’attention de tous les compagnons de route de Pacte et de l’IEP Grenoble,

Capture d’écran 2018-10-08 à 10.28.29.png

L’inauguration/célébration des nouveaux bâtiments aura lieu ce jeudi 25 octobre de 13h à 22h avec des discours vibrants (70 ans de défis et d’émotions), des exercices de mémoire (spécial Questions pour un champion), la reconstitution d’un cours en amphi survolté (celui de Pierre Broué à la fin des années soixante), le lancement du recueil L’INSTITUT (18 nouvelles inédites en présence des auteurs). Et aussi des retrouvailles, la redécouverte des publis « historiques » dans la recherche, de la musique, un cocktail festif… 

Bloquez la date et faites un saut, vous êtes très attendu(e)s, vous êtes les bienvenu(e)s!

Alain Faure (réquisitionné comme gentil animateur de la cérémonie)

Les Métropoles et la controverse du suffrage universel direct

Voici les actes de la deuxième controverse initiée à l’initiative du Conseil de développement de Grenoble Alpes Métropole et dans le cadre du 70ème anniversaire de Sciences Po Grenoble le jeudi 31 mai 2018.

Suite à la 1ère controverse le 21 novembre 2017, j’avais publié un pot de vue dans THE CONVERSATION intitulé Désigner les élus métropolitains au suffrage universel direct ? Trois leçons venues de l’étranger.

Vous trouverez ci-dessous le texte proposé pour les actes de cette 2ème controverse:

SUD: Souffle de changement, Urbanité apaisée, Destin partagé…

Pour imaginer l’avenir des grandes villes, le projet de consolider les instances urbaines de gouvernement en instaurant le suffrage universel direct à l’échelon métropolitain reste une proposition difficile à mettre en œuvre en France. Notre démocratie locale fait figure d’exception dans le paysage européen en refusant de prendre cette voie sur l’argument principal que les 36 000 maires et le Président de la République constituent le socle cardinal, en termes d’incarnation, pour cristalliser une symbolique territoriale de diversité et d’unité. L’élection directe des élus métropolitains risque de brouiller le modèle, elle pourrait, disent certains, menacer la représentation politique made in France. Pour appuyer le verdict, certains en appellent même à des sociologues qui agitent le chiffon rouge d’une double perte de sens sur les valeurs rurales et sur la solidarité nationale.

Continuer la lecture

Impressions sensibles depuis Angers et Tokyo… (à paraitre dans METROPOLES)

Article à paraître dans la revue METROPOLES – hors série – septembre 2018[1]

La version au format pdf

Une modernité politique métropolitaine?

Impressions sensibles depuis Angers et Tokyo…

Le comité de rédaction de Métropoles m’a sollicité, à l’occasion des dix ans de la revue, pour discuter des résultats saillants tirés de mes travaux récents sur les métropoles. Comme mes dernières enquêtes portent sur la trajectoire de vie de leaders politiques urbains en France et à l’étranger, j’ai imaginé une contribution sur l’exercice du pouvoir vu de l’intérieur, à partir du récit inspiré, parfois même exalté, qu’en font celles et ceux qui dirigent (ou aspirent à diriger) les métropoles.

La proposition de la revue s’accompagnait cependant d’un codicille m’invitant à profiter de cette incursion en métropolité pour repérer les signaux d’une potentielle modernité politique. Or quand on consulte les travaux spécialisés sur la montée en puissance du pouvoir métropolitain, la cause semble entendue : c’est la face sombre, élitiste et archaïque du politique qui tient l’affiche avec quelques mots clés sans équivoque : ultralibéralisme mondialisé, privilèges croissants, corruption et financiarisation, suffrage universel bafoué, ségrégations sociospatiales, nouvelles oligarchies. En science politique et en sociologie politique, les travaux soulignent logiquement les rapports de force, les violences et les inégalités que les métropoles provoquent, révèlent et amplifient. Le processus politique de métropolisation illustre la question classique du monopole de la violence légitime. Il se nourrit d’ingrédients symboliques et physiques de domination et de coercition. Il alimente des tensions explicites sur les idéaux démocratiques de justice et d’émancipation. Bref, il participe du désenchantement du monde. Continuer la lecture